Attentats à Damas: l'ex-branche d'Al-Qaïda nie toute implication

Deux attentats suicide ont frappé mercredi la capitale... (Photo REUTERS)

Agrandir

Deux attentats suicide ont frappé mercredi la capitale syrienne un tribunal et un restaurant tuant au moins 32 personnes, le jour du sixième anniversaire du début de la guerre en Syrie.

Photo REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Guerre civile en Syrie
Guerre civile en Syrie

Pour tout savoir sur le conflit syrien qui depuis mars 2011 a coûté la vie à plus de 250 000 personnes et poussé à la fuite des millions d'autres. »

Agence France-Presse
Beyrouth

Les djihadistes de l'ex-branche d'Al-Qaïda ont nié toute implication dans le double attentat ayant fait 32 morts mercredi à Damas tandis que le groupe rebelle islamiste Jaïch al-Islam en a rejeté la responsabilité sur le régime.

Fateh al-Cham «nie toute relation avec les attentats de Damas», a indiqué l'ex-branche d'Al-Qaïda en Syrie dans un communiqué diffusé dans la nuit.

«Ses cibles se limitent aux branches des services de sécurité et aux casernes militaires du régime criminel et de ses alliés», a précisé le groupe qui se fait appeler depuis janvier Tahrir al-Cham après avoir fusionné avec des groupes rebelles.

Deux attentats suicide ont frappé mercredi la capitale syrienne un tribunal et un restaurant tuant au moins 32 personnes, le jour du sixième anniversaire du début de la guerre en Syrie.

Dimanche dernier, le Front Fateh al-Cham avait revendiqué un double attentat meurtrier ayant fait 74 morts das le Vieux Damas.

Le double attentat n'avait pas été revendiqué jeudi.

De son côté, l'Armée de l'Islam, un mouvement rebelle présent dans la banlieue de la capitale, a dénoncé dans un communiqué les explosions meurtrières.

«Ces attentats servent deux objectifs principaux du régime d'Assad: coller l'étiquette du terrorisme sur la révolution (...) et susciter la dissension entre les fils du même peuple».

«Celui qui largue des barils explosifs sur la tête des civils dans les zones libérées (rebelles) n'hésite jamais à planifier de telles choses pour rester au pouvoir et détourner l'attention sur ses crimes odieux», ajoute ce groupe, en référence au régime.

Mercredi soir, un autre groupe rebelle islamiste, l'influent Ahrar al-Cham, avait également condamné «dans les termes les plus forts les attentats terroristes criminels».

Pour l'envoyé spécial de l'ONU pour la Syrie Staffan de Mistura, ces attaques visent «à saboter le processus politique» qui doit reprendre le 23 mars à Genève sous l'égide des Nations unies.

Les six années de guerre en Syrie ont fait plus de 320 000 morts, plus de 11 millions de déplacés et de réfugiés -- soit la moitié de la population d'avant-guerre -- et laissé en ruines l'infrastructure du pays.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer