Le coût de la guerre en Syrie s'élève à 35 milliards de dollars

Images de destruction dans la ville d'Alep, en... (Photo: Reuters)

Agrandir

Images de destruction dans la ville d'Alep, en Syrie.

Photo: Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Guerre civile en Syrie
Guerre civile en Syrie

Pour tout savoir sur le conflit syrien qui depuis mars 2011 a coûté la vie à plus de 250 000 personnes et poussé à la fuite des millions d'autres. »

Agence France-Presse
WASHINGTON

Le coût économique de la guerre en Syrie et de ses retombées dans les pays de la région s'élève à quelque 35 milliards de dollars, selon les estimations publiées jeudi par la Banque mondiale.

Ce chiffre représente le manque à gagner économique subi par la Syrie et un groupe de cinq pays (Turquie, Liban, Jordanie, Égypte, Irak) frappés plus ou moins directement par le conflit syrien, qui a fait quelque 260 000 morts en cinq ans.

Il ne prend toutefois pas en compte les ressources allouées par les pays voisins de la Syrie pour fournir les services de base aux réfugiés qui ont afflué notamment au Liban et en Jordanie, selon la Banque mondiale.

Cette estimation, dévoilée dans un rapport trimestriel sur le Moyen-Orient, est publiée le jour même où la communauté internationale s'est engagée à Londres à débloquer plus de 10 milliards de dollars d'ici à 2020 pour aider les Syriens.

Selon la Banque mondiale, le coût cumulé des dommages matériels (transports, santé, éducation...) recensés dans six villes syriennes, dont Homs et Alep, est compris dans une fourchette allant de 3,6 à 4,5 milliards de dollars.

Les pays voisins de la Syrie sont, eux, confrontés à une « pression budgétaire immense » alors que leur économie était déjà sous tension, indique la Banque qui chiffre à 2,5 milliards de dollars par an le coût des réfugiés pour le seul Liban.

« Le chômage est élevé parmi les réfugiés, spécialement pour les femmes, et ceux qui travaillent sont souvent employés dans le secteur informel, sans protection », a souligné Shanta Devarajan, le chef économiste de la Banque mondiale pour le Moyen-Orient.

Parti en mars 2011 de manifestations pacifiques contre le régime de Bachar al-Assad, le conflit syrien a provoqué une crise humanitaire majeure avec, sur le seul territoire syrien, quelque 13,5 millions de personnes en situation de vulnérabilité ou déplacées.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer