L'ONU dénonce la situation des droits de l'homme en Syrie

Ce jeune garçon, blessé par un raid aérien... (Photo ABD DOUMANY, AFP)

Agrandir

Ce jeune garçon, blessé par un raid aérien des forces du régime, attend d'être soigné, à Douma, tenu par les rebelles, mercredi.

Photo ABD DOUMANY, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Guerre civile en Syrie
Guerre civile en Syrie

Pour tout savoir sur le conflit syrien qui depuis mars 2011 a coûté la vie à plus de 250 000 personnes et poussé à la fuite des millions d'autres. »

Agence France-Presse

Une commission de l'Assemblée générale de l'ONU a dénoncé jeudi les exactions commises par les djihadistes en Syrie mais a souligné que Damas était toujours responsable de la grande majorité des pertes civiles par ses bombardements aveugles.

Cette résolution non contraignante exprime l'« indignation face à l'escalade constante de la violence ». Elle doit être soumise à l'Assemblée en séance plénière en décembre.

La guerre en Syrie a fait depuis mars 2011 au moins 250 000 morts et déplacé plus de 12 millions de civils.

La résolution encourage le Conseil de sécurité à agir, notant que la Cour pénale internationale (CPI) est en mesure de poursuivre les auteurs de crimes de guerre. Une tentative l'an dernier de saisir la CPI avait été bloquée par la Russie et la Chine.

La résolution a été adoptée par 115 voix pour, 15 contre et 51 abstentions. La Russie, la Chine et l'Iran, alliés du régime de Bachar al-Assad, ont voté contre, de même que Cuba ou le Venezuela.

250 000
morts (au moins) depuis mars 2011
12
millions de personnes déplacées

Joute entre les ambassadeurs saoudien et syrien

En présentant la texte, l'ambassadeur saoudien Abdallah al-Mouallimi a évoqué le petit garçon syrien Aylan, noyé en tentant de fuir la Syrie vers l'Europe.

« Je vous demande de ne pas laisser tomber Aylan, de ne pas le tuer une seconde fois », a-t-il lancé.

L'ambassadeur syrien Bachar Jaafari a répondu en accusant Ryad de financer des groupes extrémistes et de mener « une persécution religieuse similaire à ce que font les terroristes de Daech » (le groupe État islamique) en Syrie et en Irak.

La résolution « condamne énergiquement les actes terroristes et la violence commis contre les civils » par le groupe État islamique et le Front al-Nosra.

Mais elle relève que selon la commission d'enquête de l'ONU, « les autorités syriennes demeurent responsables de la majorité des victimes civiles, tuant et mutilant des dizaines de civils tous les jours ».

La résolution condamne « en particulier toutes les attaques aveugles, notamment au moyen de barils explosifs dans des zones civiles et des infrastructures civiles ».

Elle « condamne dans les termes les plus énergiques la poursuite des violations flagrantes, généralisées et systématiques des droits de l'homme (...) par les autorités syriennes et les milices chabbiha pro-gouvernementales ».

Le texte « déplore la détérioration de la situation humanitaire » et réclame que les pays donateurs « apportent d'urgence un soutien financier aux pays d'accueil » des réfugiés syriens en respectant « un partage du fardeau ».

L'an dernier, une résolution similaire avait été adoptée plus largement, par 125 voix pour, 13 contre et 47 abstentions.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer