Syrie: 41 réfugiés palestiniens sont morts dans le camp de Yarmouk

Yarmouk abritait, avant le début du conflit syrien... (Photo Jamal Saidi, archives Reuters)

Agrandir

Yarmouk abritait, avant le début du conflit syrien en mars 2011, quelque 170 000 habitants mais des dizaines de milliers d'entre eux ont fui les combats.

Photo Jamal Saidi, archives Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Syrie
Syrie

Les manifestations pour un changement de régime en Syrie donnent lieu à de violentes répressions. Lisez notre dossier sur le sujet. »

Agence France-Presse

Au moins 41 réfugiés palestiniens sont morts de faim ou par manque de traitement en trois mois dans le camp de Yarmouk, à Damas, assiégé depuis près d'un an par l'armée syrienne, a annoncé une ONG vendredi.

«Le manque de nourriture et de médicaments a tué au moins 41 personnes ces trois derniers mois à Yarmouk», que l'armée assiège depuis que les rebelles en ont pris le contrôle, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Parmi les décès, 24 sont dus à la faim, les autres au manque de médicaments et de soins appropriés, a  précisé à l'AFP le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane.

Selon l'ONG, qui se fonde sur un vaste réseau de militants et de médecins à travers la Syrie, au moins trois enfants et 13 femmes figurent parmi les victimes.

«Parmi eux, un nouveau-né, qui aurait survécu s'il y avait eu des couveuses», a ajouté Rami Abdel Rahmane.

L'agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) alerte régulièrement sur les terribles conditions de vie à Yarmouk.

Jeudi, son porte-parole Chris Gunness avait fait état de «l'extrême souffrance» endurée par ses habitants, faisant état de «malnutrition et (de) l'absence de soins médicaux, notamment pour ceux qui ont été durement blessés durant le conflit».

Yarmouk abritait, avant le début du conflit syrien en mars 2011, quelque 170 000 habitants mais des dizaines de milliers d'entre eux ont fui les combats. Officiellement près de 500 000 Palestiniens vivent en Syrie, mais la moitié ont été déplacés par la guerre.

L'armée syrienne assiège plusieurs villes et quartiers tenus par les rebelles près de Damas et ailleurs.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer