Dieudonné condamné à deux mois de prison

Dieudonné M'bala M'bala... (Photo: AFP)

Agrandir

Dieudonné M'bala M'bala

Photo: AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Attentats à Paris

International

Attentats à Paris

Le siège parisien du journal satirique français «Charlie Hebdo» a été la cible d'un attentat terroriste sanglant ayant coûté la vie à au moins 12 personnes dont son directeur de rédaction et dessinateur emblématique Charb et ses trois autres caricaturistes vedettes: Cabu, Wolinski et Tignous. Le pire attentat en sol français depuis 50 ans. Cet attentat a été suivi par deux attaques qui seraient vraisemblablement liées au carnage chez «Charlie Hebdo». »

Agence France-Presse
Paris

Le polémiste controversé Dieudonné a été condamné mercredi par la justice française à deux mois de prison avec sursis pour apologie d'actes de terrorisme, après son message «Je me sens Charlie Coulibaly».

Dieudonné avait posté ce message, rapidement retiré, sur Facebook le 11 janvier, alors que des millions de personnes venaient de défiler en France et dans le monde contre les attentats de Paris qui avaient fait 17 morts.

Il associait ainsi le slogan de soutien au journal satirique Charlie Hebdo, «Je suis Charlie», au nom d'Amédy Coulibaly, un des trois jihadistes ayant mené les attentats, qui avait tué quatre Juifs dans un supermarché casher et une policière municipale.

Dieudonné M'bala M'bala, 49 ans, avait cependant assuré à l'audience le mois dernier condamner «sans aucune retenue et sans aucune ambiguïté» les attentats.

Le polémiste a déjà été condamné à plusieurs reprises pour des provocations antisémites.

Ni Dieudonné ni ses avocats n'étaient présents devant le tribunal pour le délibéré.

Rendu célèbre dans les années 90 par ses sketchs avec un humoriste juif, Elie Semoun, Dieudonné, d'origine camerounaise, a ensuite exprimé de plus en plus ouvertement des positions antisémites et s'est rapproché de l'extrême droite.

Début mars, la justice française avait interdit la commercialisation du DVD de son spectacle, Le mur, dont la représentation avait déjà été interdite.

Les juges avaient estimé que certains propos du polémiste, qui font un lien entre la Shoah et l'argent qu'aurait recueilli la communauté juive, relevaient de la provocation à la haine envers les juifs.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer