Représenter Mahomet n'a pas toujours été interdit

La une du numéro de Charlie Hebdo paru... (PHOTO MARTIN BUREAU, ARCHIVES AFP)

Agrandir

La une du numéro de Charlie Hebdo paru mercredi représente à nouveau le prophète Mahomet.

PHOTO MARTIN BUREAU, ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Attentats à Paris

International

Attentats à Paris

Le siège parisien du journal satirique français «Charlie Hebdo» a été la cible d'un attentat terroriste sanglant ayant coûté la vie à au moins 12 personnes dont son directeur de rédaction et dessinateur emblématique Charb et ses trois autres caricaturistes vedettes: Cabu, Wolinski et Tignous. Le pire attentat en sol français depuis 50 ans. Cet attentat a été suivi par deux attaques qui seraient vraisemblablement liées au carnage chez «Charlie Hebdo». »

Au Moyen Âge, il était permis dans les livres musulmans de représenter Mahomet. La donne a changé au XVIe siècle, explique Sussan Babaie, historienne de l'art de l'Institut Courtauld, à Londres.

Q: A-t-il toujours été interdit aux musulmans de représenter Mahomet?

R: Non, au Moyen Âge, il y avait des représentations dans les livres racontant la vie du Prophète. Il avait un aspect plutôt banal, un turban, la barbe soignée. La situation a changé vers le XVIe siècle.

Q: Que s'est-il passé?

R: On a assisté à une homogénéisation culturelle et théologique liée à la consolidation de l'Empire ottoman, après la conquête de Constantinople et l'introduction du chiisme en Iran. Pour bien marquer l'identité musulmane, on a mis l'accent sur la nécessité de ne pas créer d'idoles. Les portraits de Mahomet ont commencé par avoir la figure voilée, puis ont disparu.

Q: Cette réticence face aux idoles était-elle nouvelle?

R: Non, elle était là dès les débuts de l'islam, peut-être à cause de l'influence juive, qui ne permet même pas de nommer Dieu et s'oppose à l'idolâtrie, comme le montre le récit biblique du veau d'or. Cette même influence s'est transmise au christianisme orthodoxe, avec ses icônes aux traits très neutres, sans aucun souci de ressemblance. L'islam a interprété cette prohibition des idoles à sa manière, tout d'abord avec des représentations relativement stéréotypées du prophète Mahomet, puis par une évacuation complète des illustrations.

Q: En 2009, les Presses de l'Université Yale ont retiré d'un livre sur la controverse des caricatures danoises sur Mahomet en 2006 toutes les images du Prophète, y compris des images de l'époque ottomane. Les musées occidentaux ayant des représentations de Mahomet datant du Moyen Âge les ont-ils retirées de leurs salles d'exposition?

R: Au contraire. Une collègue de l'Université du Michigan, Christiane Gruber, prépare justement un catalogue de telles miniatures de Mahomet du Moyen Âge. Et elle a publié dans Newsweek un texte qui montre que, nulle part dans le Coran, il n'est interdit de représenter Mahomet.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer