Charlie Hebdo: manifs à New York et Washington

Une manifestation devant le Newseum, musée consacré à... (Photo: AFP)

Agrandir

Une manifestation devant le Newseum, musée consacré à la presse à Washington, a été organisée par un Français expatrié.

Photo: AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Attentats à Paris

International

Attentats à Paris

Le siège parisien du journal satirique français «Charlie Hebdo» a été la cible d'un attentat terroriste sanglant ayant coûté la vie à au moins 12 personnes dont son directeur de rédaction et dessinateur emblématique Charb et ses trois autres caricaturistes vedettes: Cabu, Wolinski et Tignous. Le pire attentat en sol français depuis 50 ans. Cet attentat a été suivi par deux attaques qui seraient vraisemblablement liées au carnage chez «Charlie Hebdo». »

Agence France-Presse
Washington

Bravant un froid glacial, plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées mercredi à New York et Washington pour dénoncer l'attentat contre Charlie Hebdo et défendre la liberté de la presse.

À Washington, parmi les quelques 300 manifestants se trouvait Christine Lagarde, la patronne du FMI, venue pour montrer sa solidarité avec (ses) compatriotes et sa sympathie pour les victimes».

«On est encore tous sous le choc», a-t-elle confié, évoquant ces «caricaturistes qui ont accompagné notre quotidien pendant des années. Moi, j'ai été caricaturée par Cabu et j'en ai souri à l'époque».

Cet attentat est «à la fois le symbole de l'attaque faite au coeur de Paris et la remise en cause de la liberté d'expression», a-t-elle ajouté.

La manifestation devant le Newseum, musée consacré à la presse dans la capitale américaine, avait été organisée par un Français expatrié, Olivier Roumy, qui a «vécu les attentats du 11-Septembre aux États-Unis, aujourd'hui nous avons vécu le 11-Septembre français», a-t-il dit à l'AFP.

Avant que les noms des victimes ne soient lus, Nihad Awad, directeur exécutif du Conseil des relations américano-islamiques, a affirmé que, juifs, chrétiens ou musulmans, «(étaient) tous unis contre la tyrannie».

A New York, en dépit d'une température ressentie de -20 degrés Celsius, plusieurs centaines de personnes, en très grande majorité des Français, ont chanté la Marseillaise avant de scander «Charlie, Charlie» sur la place Union Square.

L'ambassadeur de France à l'ONU François Delattre et le consul de France à New York Bertrand Lortholary étaient présents.

«Comment ne pas pleurer», a déclaré en larmes Pacale Padiou, une Française venue avec son fils de 16 ans et son mari. «On n'a plus le droit de s'exprimer? On va se faire abattre?»

«Je suis journaliste, je suis la génération Charlie, nous sommes tous Charlie», a expliqué Mylène Massé, 28 ans bouleversée. «C'est affreux. Mais ils n'ont pas réussi. Ils ont mis toute la France debout».

«Je ne croyais pas qu'en un mois, j'allais manifester pour la vie des noirs (après l'affaire Garner à New York ndlr) et maintenant pour Charlie», a commenté de son côté Caroline Mezière qui travaille dans la finance. «Même loin on est Français, on est fiers de Charlie».

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer