Le père d'une victime du 13 novembre poursuit des réseaux sociaux

Reynaldo Gonzalez pleure lors des funérailles de sa... (PHOTO AP)

Agrandir

Reynaldo Gonzalez pleure lors des funérailles de sa fille, le 4 décembre.

PHOTO AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Attaques à Paris
Attaques à Paris

Notre dossier spécial sur les attentats du 13 novembre à Paris. »

Agence France-Presse
Los Angeles

Le père d'une étudiante californienne tuée lors des attentats de novembre 2015 à Paris poursuit en justice Twitter, Facebook et Google (YouTube), affirmant que ces réseaux sociaux ont permis aux groupes djihadistes de diffuser leur idéologie et de recruter des membres.

Nohemi Gonzalez, 23 ans, une étudiante originaire d'El Monte en Californie est la seule victime Américaine parmi les 130 personnes abattues par un commando.

Elle est a été tuée pendant qu'elle dinaît au restaurant La Belle Equipe.

La plainte déposée cette semaine au tribunal fédéral de Californie du nord par le père de la victime, Reynaldo Gonzalez, affirme que les réseaux sociaux ont apporté «en connaissance de cause» «un soutien matériel clé dans l'ascension de l'(organisation djihadiste) État Islamique (EI) et lui a permis de mener de nombreux attentats y compris celui du 13 novembre».

Nohemi Gonzalez... (PHOTO REUTERS) - image 2.0

Agrandir

Nohemi Gonzalez

PHOTO REUTERS

Elle ajoute qu'à la date de décembre 2014, l'EI avait 70 000 comptes Twitter dont au moins «79 officiels» et poste «au moins 90 tweets par minute».

«L'EI utilise Google (YouTube) et Facebook de la même manière», insiste la plainte qui demande des dommages et intérêts d'un montant non précisé.

Une première audience est prévue le 21 septembre au tribunal fédéral d'Oakland.

Des porte-paroles de Twitter, Facebook et Google n'avaient pu être joints par l'AFP dans l'immédiat.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer