Attentats: le FBI s'inquiète pour Rome et Milan, 5 suspects signalés

La Scala de Milan fait partie des sites... (Photo Luca Bruno, AP)

Agrandir

La Scala de Milan fait partie des sites «identifiés comme cibles potentielles» par le FBI.

Photo Luca Bruno, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Attaques à Paris
Attaques à Paris

Notre dossier spécial sur les attentats du 13 novembre à Paris. »

Agence France-Presse
ROME

Les États-Unis ont mis en garde contre des menaces d'attentats en Italie et signalé cinq suspects aux autorités, qui tentaient jeudi de les identifier, le préfet de Rome appelant à «garder son sang-froid» à l'approche du Jubilé.

Sur son site internet, l'ambassade des États-Unis à Rome énumère les sites «identifiés comme cibles potentielles» par le FBI (police fédérale américaine): la place Saint-Pierre à Rome, le Duomo et la Scala de Milan, «les églises, synagogues, restaurants, théâtres et hôtels» des deux villes.

«Des groupes terroristes peuvent utiliser des méthodes similaires à celles utilisées dans les récents attentats de Paris», ajoute l'ambassade, sans pour autant déconseiller directement de se rendre dans ces lieux.

En outre, le FBI a signalé mercredi cinq suspects aux forces de sécurité italiennes, qui «travaillent pour (les) identifier», a déclaré le ministre des Affaires étrangères, Paolo Gentiloni, à la télévision Rai 3.

Parallèlement, deux Syriens ont été arrêtés jeudi à l'aéroport de Bergame, près de Milan, alors qu'ils s'apprêtaient à prendre un vol pour Malte en possession de faux passeports autrichien et norvégien, ont rapporté les médias italiens.

La police a trouvé dans la mémoire de leurs téléphones portables des photos d'individus en tenue de guerre et des images «pouvant être liées» à l'organisation de l'État islamique (EI) et désormais examinées par les services italiens de renseignement.

À Catane (Sicile), selon l'agence AGI, la police a effectué des contrôles et recherché en vain un musulman de 23 ans qui avait déclaré le matin même dans une émission de la chaîne La7: «je suis d'accord avec ceux qui ont tué les Français, et je jure que le 8 décembre (date d'ouverture du Jubilé de la miséricorde), il y aura quelque chose à Rome. Tu ne peux faire la guerre à Dieu».

Depuis les attentats de Paris, l'Italie est passée au niveau 2 de l'alerte sécurité, juste un cran en-dessous du niveau maximal déclenché en cas d'attentat sur son sol, et les mesures de sécurité ont été renforcées.

Cependant, M. Gentiloni a appelé au calme: «Nous ne devons pas devenir prisonniers de ces alertes, ce serait un cadeau à Daech», l'acronyme en arabe de l'EI.

Le préfet de la capitale, Franco Gabrielli, a lui aussi appelé les Italiens à «garder leur sang-froid, sans pour autant sous-estimer» les menaces, alors que le Jubilé de la miséricorde voulu par le pape François doit attirer des millions de pèlerins.

À Rome, où patrouillaient déjà 1300 militaires, 700 hommes supplémentaires ont été déployés dans les rues, le métro, les centres commerciaux... Des renforts ont également été envoyés à Milan, où des détecteurs de métaux ont été mis en place au Duomo.

Toute la journée, les fausses alertes au colis suspect ont perturbé les transports en commun, provoquant au moins quatre fermetures de stations à Rome et à Milan.

Régulièrement citée comme cible par la propagande de l'EI, l'Italie a vu une cinquantaine de ses résidents partir se battre au côté de l'EI en Syrie, et les djihadistes présumés y sont étroitement surveillés, selon des experts du renseignement.

Selon le ministre de l'Intérieur, Angelino Alfano, 55 suspects islamistes ont été expulsés depuis le début de l'année, dont quatre imams radicaux.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer