Les attentats auraient «vraisemblablement» été préparés en Syrie

Des policiers patrouillent dans la Gare du Nord,... (Photo YVES HERMAN, Reuters)

Agrandir

Des policiers patrouillent dans la Gare du Nord, à Paris, dimanche.

Photo YVES HERMAN, Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Attaques à Paris
Attaques à Paris

Notre dossier spécial sur les attentats qui ont fait au moins 129 morts à Paris, le 13 novembre 2015. »

Agence France-Presse
Washington

Les attentats à Paris vendredi ont vraisemblablement été préparés depuis la Syrie, conséquence d'avoir laissé au groupe État islamique (EI) un sanctuaire « avec trop de temps pour préparer » une attaque, selon un élu américain dimanche.

« Et à moins que ça ne change stratégiquement, on doit s'attendre à d'autres attaques comme ça », a expliqué Adam Schiff, élu démocrate de la commission du Renseignement de la Chambre des représentants, et à ce titre très proche des services de renseignement américains.

« Il s'agit d'une attaque du groupe EI vraisemblablement dirigée et équipée depuis la Syrie », a dit M. Schiff sur la chaîne ABC, ajoutant que la France était la cible prioritaire de l'EI depuis plusieurs mois.

Un échec de la coalition

« Ils voulaient mener des attaques dans des lieux publics, comme ce qu'on a vu si tragiquement cette semaine », a-t-il ajouté. « Je pense qu'il ne s'agit pas juste de l'échec des agences du renseignement. C'est aussi un échec de la campagne de la coalition, parce qu'on a permis à l'EI de disposer d'un sanctuaire en Irak et en Syrie durant trop de temps, ils avaient trop de ressources à diriger contre nous », a-t-il dit.

De ce fait, même les meilleurs services de renseignement ne pouvaient pas empêcher ces attentats, l'ennemi s'adaptant aux défenses des pays occidentaux. Et les frappes aériennes menées par la coalition dirigée par les États-Unis ne sont pas suffisantes, selon M. Schiff.

« On ne peut pas laisser le groupe EI disposer d'un sanctuaire sûr en Syrie et en Irak d'où ils peuvent mettre au point des attaques directes contre nous, parce que certaines de ces attaques ne seront pas détectées à temps », a-t-il dit.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer