Migrants : le bilan des naufrages de vendredi passe à 45 morts

Environ 1000 personnes ont marché dans la ville... (PHOTO THANASSIS STAVRAKIS, ASSOCIATED PRESS)

Agrandir

Environ 1000 personnes ont marché dans la ville frontalière d'Alexandroupolis pour demander au gouvernement grec d'alléger les restrictions de passage avec la frontière de la Turquie, dans la foulée des deux naufrages qui ont fait 45 morts, vendredi.

PHOTO THANASSIS STAVRAKIS, ASSOCIATED PRESS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Crise migratoire

International

Crise migratoire

L'Europe fait face à une crise migratoire sans précédent, alors que depuis 2015 des centaines de milliers de personnes ont tenté de traverser la Méditerranée pour trouver refuge dans l'«Eldorado européen», plusieurs y laissant leur vie. Un nombre de réfugiés poussé à la hausse notamment par la guerre syrienne et l'établissement du «califat» de l'EI à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Agence France-Presse
ATHÈNES

La police portuaire grecque a repêché samedi une nouvelle victime des naufrages de bateaux de migrants survenus la veille en Égée, portant à 45 morts le bilan encore provisoire de ces drames qui ont décimé des familles entières, tandis qu'au moins quatre personnes restent portées disparues.

La dernière victime retrouvée, une femme, se trouvait parmi les passagers d'un voilier en bois, parti de la région de Bodrum, en Turquie, et qui a chaviré au large de l'îlot grec de Kalolimnos, a indiqué la police portuaire.

Ce naufrage a fait 37 morts - 11 enfants, 17 femmes et neuf hommes -, identifiés comme Syriens, Afghans et Irakiens, tandis que les témoignages restaient confus sur de possibles disparus.

« Tous les enfants se trouvant à bord de ce bateau sont morts », les survivants, 22 hommes et quatre femmes, étant des adultes ou grands adolescents, a précisé la police portuaire. À Kalymnos, où ils ont été transférés, une enquête a été ouverte sur la possible présence de passeurs dans le groupe.

Selon des témoignages recueillis par l'ONG Médecins sans Frontières auprès des rescapés, un homme a perdu sa femme enceinte et ses deux enfants, un autre a vu se noyer sa mère, sa femme et leurs quatre enfants, tandis qu'un adolescent de 17 ans a perdu son frère.

Deux enfants et deux adultes ont aussi été signalés disparus dans un autre naufrage, survenu sur les côtes rocheuses de la petite île de Farmakonissi, dans lequel ont péri six enfants et une femme.

Les garde-côtes ont toutefois dû suspendre ses recherches samedi dans la zone, du fait de vents soufflant en tempête.

Un troisième naufrage dans la même zone, dans les eaux turques, a causé la mort d'au moins trois enfants, repêchés par les garde-côtes turcs.

Ces drames ont relancé les appels à l'Union européenne pour qu'elle ouvre des voies légales évitant aux réfugiés de risquer leurs vies, tandis qu'une manifestation de militants proréfugiés est prévue dimanche à la frontière terrestre gréco-turque pour qu'y soit ouvert un corridor.

« Il est tragique que les réfugiés soient contraints de confier leurs vies à des trafiquants », a déploré Philippe Leclerc, chef du bureau en Grèce du Haut-Commissariat aux Réfugiés de l'ONU.

Les morts de vendredi « attestent à la fois de l'insensibilité et de la futilité du choeur croissant en Europe réclamant plus de restrictions à l'accès des réfugiés », a pour sa part accusé John Dalhuisen, responsable en Europe d'Amnesty International.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer