Un sénateur réclame que les douaniers américains apprennent le français

Une porte-parole du Service des douanes et de... (PHOTO ANNE GAUTHIER, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Une porte-parole du Service des douanes et de la protection des frontières des États-Unis a indiqué samedi que la question de la formation d'agents frontaliers en français fera l'objet d'un examen.

PHOTO ANNE GAUTHIER, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Les Québécois qui ont du mal à comprendre ou à parler l'anglais pourraient être accueillis, dans un avenir pas si lointain, par des agents bilingues aux postes frontaliers de Champlain et de Trout River, entre autres.

L'influent sénateur démocrate de New York, Chuck Schumer, a récemment réclamé la mise en place d'un programme de formation devant permettre aux agents déployés le long de la frontière avec le Québec d'accomplir leurs tâches en français.

« Nous offrons une formation en espagnol aux agents des postes frontaliers du Sud, nous devrions donc offrir une formation en français aux agents déployés le long de la frontière avec le Québec afin d'accélérer le passage frontalier et réduire les délais exaspérants qui nuisent à notre économie et à notre industrie touristique », a déclaré le numéro deux des démocrates au Sénat américain en rendant publique sa demande au chef du Service des douanes et de la protection des frontières des États-Unis, Gil Kerlikowske.

Une porte-parole de l'agence fédérale a indiqué samedi que la question de la formation d'agents frontaliers en français fera l'objet d'un examen.

« Nous répondrons directement au sénateur Schumer », a précisé la porte-parole, Jennifer Evantksy.

Réduire les délais d'attente

En attendant, Garry Douglas espère que l'influence de Chuck Schumer permettra de faire débloquer ce dossier sur lequel il travaille depuis plusieurs années à titre de président de la chambre de commerce de Plattsburgh.

« Nous avons proposé par le passé, de concert avec un collège communautaire de Plattsburgh, d'offrir aux agents frontaliers, à un prix très avantageux, des cours de français leur permettant d'accomplir leurs tâches de base dans cette langue », a-t-il déclaré à La Presse. « Mais le gouvernement fédéral n'a jamais voulu payer pour ça ou encourager ça. Nous espérons que l'intervention du sénateur changera sa réponse. »

Pour des raisons de sécurité, Garry Douglas affirme ne pas pouvoir divulguer le temps moyen que durent les interactions entre les agents du poste frontalier de Champlain et les automobilistes qui doivent s'y arrêter. Il précise cependant que c'est « un peu plus élevé » que la moyenne enregistrée dans les autres postes de la frontière nord.

«Beaucoup de choses ont été faites au poste de Champlain au cours des dernières années pour réduire les temps d'attente d'environ la moitié. Nous pensons que la prochaine étape pour améliorer la situation encore davantage est de doter les agents d'une compétence de base en français.»

Garry Douglas
président de la chambre de commerce de Plattsburgh

Et d'ajouter : « Ce qui devrait nécessiter un arrêt de 30 secondes à la guérite peut parfois prendre deux ou trois minutes en raison des difficultés de communication. Si ça se passe pendant toute la journée, ça ajoute aux attentes de tout le monde. »Dans une lettre au chef du Service des douanes et de la protection des frontières des États-Unis, le sénateur Schumer a rappelé que tous les agents déployés le long de la frontière avec le Mexique doivent ou bien prouver leur maîtrise de l'espagnol ou bien participer à une formation de base dans cette langue. Cette formation se déroule sur un campus de l'agence fédérale.

« Je vous exhorte de créer un programme similaire en français pour les agents déployés le long de la frontière avec le Québec », a écrit le sénateur de New York dans sa lettre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer