Venezuela: Maduro tenu «responsable» du bien-être des opposants arrêtés

Le président du Venezuela Nicolas Maduro fait partie de la... (Photo REUTERS)

Agrandir

Le président du Venezuela Nicolas Maduro fait partie de la courte liste des dirigeants sanctionnés par Washington, rejoignant les présidents syrien Bachar al-Assad, nord-coréen Kim Jong-Un et zimbabwéen Robert Mugabe.

Photo REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Washington

Le président américain Donald Trump a tenu «personnellement responsable» son homologue vénézuélien Nicolas Maduro du bien-être des deux figures de l'opposition arrêtées mardi, ainsi que de toutes les personnes ayant été capturées.

«Les États-Unis condamnent les actions de la dictature Maduro», a indiqué mardi soir M. Trump dans un communiqué, estimant que Leopoldo Lopez et Antonio Ledezma étaient des «prisonniers politiques détenus illégalement par le régime».

Respectivement fondateur du parti Voluntad Popular (Volonté populaire, droite), et maire de Caracas, les deux hommes ont été arrêtés en pleine nuit chez eux, selon des vidéos relayées sur internet. Tous deux avaient déjà été emprisonnés et avaient récemment été assignés à résidence.

«Les États-Unis tiennent Maduro - qui avait publiquement annoncé quelques heures plus tôt qu'il mènerait une opération contre l'opposition politique - personnellement responsable de la santé et de la sécurité de M. Lopez, de M. Ledezma, et de tous les autres capturés».

M. Trump a réitéré l'appel de Washington pour une «libération immédiate et sans condition de tous les prisonniers politiques» détenus au Venezuela.

Ces arrestations ont été menées à quelques heures de la prise de fonction de la toute puissante Assemblée constituante voulue par le président socialiste Nicolas Maduro et élue dimanche dans le sang.

Dimanche, opposants et forces de l'ordre se sont affrontés à Caracas et dans d'autres villes lors de batailles rangées. Plus de 120 personnes au total ont été tuées en quatre mois de manifestations anti-Maduro.

Selon l'ONG Foro Penal, le Venezuela compte quelque 490 «prisonniers politiques».




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer