Haïti: des irrégularités dans le dépouillement du vote dénoncées

Initialement organisé en octobre 2015, le premier tour... (PHOTO Ricardo Arduengo, AP)

Agrandir

Initialement organisé en octobre 2015, le premier tour de la présidentielle avait été annulé par les autorités en raison des larges contestations de l'opposition de l'époque.

PHOTO Ricardo Arduengo, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
PORT-AU-PRINCE

Jude Célestin, candidat à l'élection présidentielle haïtienne, dont le premier tour s'est déroulé dimanche, a dénoncé jeudi des irrégularités dans le processus de dépouillement pouvant, selon lui, entacher l'intégrité des résultats.

Les représentants de la Ligue alternative pour le progrès et l'émancipation haïtienne (Lapeh), parti de M. Célestin, ont constaté que de nombreux procès-verbaux «ont été acceptés et validés alors que les listes d'émargement corrélatives ne portent ni signatures ni empreintes digitales des votants, seules capables de garantir l'authenticité du vote», explique un communiqué signé par le candidat.

Après la tenue du scrutin, qui s'est déroulé dans le calme, tous les documents sensibles des bureaux de vote (procès verbaux et listes d'émargement des électeurs) ont été acheminés au centre de dépouillement national à Port-au-Prince.

Le personnel du centre doit veiller à l'authenticité et la validité des documents. Ce n'est qu'après que le Conseil électoral provisoire (CEP) peut publier les résultats du scrutin. Léopold Berlanger, président du CEP, a indiqué dimanche que la publication des résultats préliminaires aurait lieu «dans un délai maximum de huit jours».

La loi offre ensuite aux candidats la possibilité de contester ces résultats devant les tribunaux électoraux.

Les résultats définitifs du scrutin seront publiés le 29 décembre, selon le calendrier du CEP.

Mais, face aux irrégularités constatées par les membres de son parti, Jude Célestin a prévenu: «Si dans les prochaines heures, et avant toute publication de résultats partiels, une si grande violation (du processus électoral) n'est pas corrigée, elle risque d'entacher irrémédiablement l'intégralité et la fiabilité de tout le processus».

Deux partis politiques ont, eux, revendiqué la victoire au premier tour de leur candidat respectif, Jovenel Moïse et Maryse Narcisse, dès le lendemain du scrutin.

Initialement organisé en octobre 2015, le premier tour de la présidentielle avait été annulé par les autorités en raison des larges contestations de l'opposition de l'époque. À la suite de cette annulation, Michel Martelly a quitté la présidence en février 2016 sans transmettre le pouvoir à un successeur élu au suffrage universel.

Haïti est encore aujourd'hui dirigé par un président provisoire, Jocelerme Privert, élu exceptionnellement par le parlement en février pour un mandat qui ne devait durer que trois mois.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer