Un séisme de 6,8 secoue l'Équateur

Le tremblement de terre du 16 avril en Équateur... (Photo Guillermo Granja, archives Reuters)

Agrandir

Le tremblement de terre du 16 avril en Équateur a fait près de 700 morts et détruit plusieurs immeubles.

Photo Guillermo Granja, archives Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Quito

Un séisme de magnitude 6,8 a secoué l'Équateur dans la nuit de mercredi, une réplique, selon l'Institut de géophysique national, du tremblement de terre qui avait fait près de 700 morts il y a un mois.

L'USGS, l'institut américain de géophysique a écarté toute menace de tsunami, et les autorités équatoriennes n'ont signalé aucune victime ou dégât matériel.

L'institut américain a fait état pour sa part d'une magnitude de 6,7.

Le séisme, dont l'épicentre a été localisé par l'institut de géophysique équatorien à 14,7 km de profondeur près des côtes de l'Équateur dans la province de Manabi (ouest), déjà frappée par le tremblement de terre du 16 avril, s'est produit à 2 h 57 (7 h 57 GMT).

« Il n'y a pas d'alerte de tsunami », a assuré le président Rafael Correa sur son compte Twitter, depuis les locaux des Services de sécurité, dans le centre de Quito, où s'est installé le Comité national des opérations d'urgences.

Le président a indiqué que ce mouvement tellurique était une « forte réplique » du séisme le mois dernier qui a traumatisé les Équatoriens. Il a précisé que l'épicentre se trouvait dans la station balnéaire de Mompiche, dans la province côtière de Esmeraldas du nord-ouest et frontalière de la Colombie, où « il y a de petits dégâts matériels ».

« Tout est calme. Quito, tu peux rentrer à la maison », a-t-il affirmé, ajoutant que les provinces de Manabi et Esmeraldas étaient « partiellement privées d'électricité, mais le courant est déjà en train de revenir. Rien de nouveau dans le reste du pays ».

La secousse, qui a été ressentie dans plusieurs quartiers de la capitale, Quito, et dans d'autres villes, a été suivie de répliques de puissances diverses, notamment de magnitude 5,4, a précisé l'institut équatorien.

« Ici nous avons ressenti une forte secousse. Ma famille et moi sommes sortis en courant de la maison », a déclaré à l'AFP Modesto Guale, un habitant du quartier de Costa Azul dans la ville portuaire de Manta, dans la province de Manabi.

La terre a également tremblé dans la ville colombienne de Cali, a constaté un photographe de l'AFP.

Selon le responsable de la gestion des risques, le séisme de mercredi a également été ressenti dans les provinces andines de Chimborazo, Cotopaxi, Azuay, Cañar, Tungurahua, Bolivar.

Il a ajouté que dans la station balnéaire de Pedernales, épicentre du tremblement de terre du 16 avril, la secousse a été « très fortement ressentie » et que « la population inquiète était dans les rues », mais n'a signalé aucun dégât matériel dans le centre-ville.

Le ministre de la sécurité, Cesar Navas, a déclaré à la radio publique que « la zone stratégique, c'est-à-dire celle des hydrocarbures, n'a pas été touchée, aucun dommage aux intérêts stratégiques du pays, pas plus qu'aux barrages, ni rien de tout cela ».

L'Équateur exploite le pétrole de la forêt amazonienne d'où il est transporté par oléoduc jusqu'au Pacifique pour l'exportation. Sa principale raffinerie se trouve à Esmeraldas, capitale de la province du même nom.

Le président Rafael Correa avait considéré le dernier tremblement de terre d'avril comme « la pire tragédie des sept dernières décennies » pour son pays. Celui de 1949 avait rasé des localités entières du centre du pays, faisant quelque 6000 morts et 100 000 sinistrés.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer