Brésil : Rousseff veut négocier un «grand pacte» pour éviter d'être destituée

La présidente du Brésil Dilma Rousseff lors d'un... (Photo Eraldo Peres, AP)

Agrandir

La présidente du Brésil Dilma Rousseff lors d'un rassemblement de Femmes à la défense de la démocratie, jeudi, au palais présidentiel, à Brasilia.

Photo Eraldo Peres, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Brasilia

La présidente Dilma Rousseff, menacée de destitution, s'est dite prête jeudi à négocier un « grand pacte » pour sortir le Brésil de l'impasse, passant par le « respect du vote populaire » et une « indispensable réforme politique ».

« Le Brésil a besoin d'un grand pacte », a déclaré à Brasilia l'impopulaire dirigeante de gauche, s'efforçant d'allumer un contre-feu à une dizaine de jours d'un vote crucial des députés sur son éventuelle destitution.

Accusée de maquillage de comptes publics en 2014, année de sa réélection, et début 2015, Mme Rousseff n'a de cesse de dénoncer une « tentative de coup d'État » institutionnel sans base juridique solide, orchestrée par une opposition n'ayant pas digéré sa défaite électorale de 2014.

« Un pacte doit avoir comme point de départ le respect du vote populaire et une nécessaire et indispensable réforme politique. C'est le pacte que je recherche », a insisté la présidente.

Mme Rousseff n'a pas précisé le type de pacte ou de réforme politique qu'elle appelle de ses voeux, ni dit quelle méthode elle comptait employer.

Mais ses propos semblaient faire écho aux récentes prises de position de plusieurs personnalités politiques appelant à la convocation de nouvelles élections pour sortir le Brésil de la crise politique qui le paralyse en pleine récession économique.

Cette possibilité n'est pas prévue par la Constitution qui devrait pour ce faire être amendée par un vote des deux tiers des membres du parlement.

« Moments bizarres »

« Nous vivons des moments bizarres. Un moment où la claire, l'évidente absence de justifications juridiques et légales pour la destitution doit faire savoir à ceux qui tentent de promouvoir un coup d'État au Brésil qu'ils soumettront le pays à des risques immenses », a ajouté la présidente.

Mme Rousseff a fait valoir que sa destitution dans ces conditions créerait un dangereux précédent pour la jeune démocratie brésilienne.

« Il restera pour toujours une menace pour tous et il y en aura toujours qui diront : "si le président ne vous plaît pas, destituez-le!" », a-t-elle mis en garde.

La présidente « sent que sa situation ne cesse d'empirer. La procédure de destitution prend forme et il est normal qu'elle cherche à créer un effet politique », a commenté pour l'AFP le politologue Everaldo Morales, de l'Université de Brasilia.

« Mais je crois que le moment de chercher des pactes et des soutiens est passé. Certains députés partisans du gouvernement agitent l'idée de nouvelles élections pour repartir à zéro. Mais cela me paraît peu probable. Les groupes favorables à la destitution sentent leur moment est venu. Il est très difficile de freiner une avalanche », a ajouté cet analyste.

La destitution ne règlera pas la crise

De nombreux analystes et responsables politiques brésiliens estiment toutefois que la procédure de destitution ne réglera pas la profonde crise politique brésilienne, quelle qu'en soit l'issue.

Dilma Rousseff peut encore sauver son mandat et faire avorter cette procédure. Mais elle en est réduite à batailler pour obtenir le tiers des voix des députés nécessaire à cela.

Beaucoup estiment qu'elle a perdu toute capacité de gouverner. Sa coalition parlementaire a explosé. Elle n'a plus la confiance des milieux économiques. La gauche qui la soutient est hostile à son programme de coupes budgétaires.

À l'inverse, son remplacement, en cas de destitution, par le vice-président Michel Temer jusqu'aux prochaines élections de 2018, ne suscite pas un grand enthousiasme, y compris chez les plus farouches adversaires de Mme Rousseff qui y voient un pis-aller.

Le grand parti centriste PMDB du vice-président, passé la semaine dernière avec fracas dans l'opposition, pourrait former un gouvernement de transition axé sur un programme libéral de redressement économique soutenu par la droite et les marchés.

Mais il est éclaboussé au plus haut niveau par le scandale de corruption Petrobras dans lequel le nom de M. Temer est cité. Le vice-président est à présent lui-même visé par une demande de destitution pour les mêmes motifs que Mme Rousseff.

Élections anticipées?

Leur élection pourrait également être annulée dans les prochains mois si le Tribunal supérieur électoral (TSE) estime que le financement de leur campagne électorale a été pollué par des sommes détournées du groupe étatique Petrobras.

Dans ce cas, des élections anticipées seraient convoquées.

Or, l'enquête Petrobras apporte chaque jour de nouveaux éléments compromettants.

L'ex-patron d'Andrade Gutierrez, le deuxième groupe de BTP brésilien a affirmé aux enquêteurs que son entreprise avait financé les campagnes présidentielles de Mme Rousseff en 2010 et 2014, avec de l'argent issu de commissions occultes, selon le quotidien Folha de Sao Paulo.

Demande d'annulation de l'entrée de Lula au gouvernement

Le procureur général du Brésil, Rodrigo Janot, a recommandé jeudi que la Cour suprême du pays annule l'entrée de Lula au gouvernement de la présidente Dilma Rousseff, estimant qu'il s'agissait d'un subterfuge pour échapper à la justice dans le scandale Petrobras.

Il avance dans un message adressé à la Cour suprême qu'« il existe des éléments suffisants pour affirmer qu'il y a eu une déviance dans la motivation du décret » présidentiel qui a nommé à la mi-mars l'ex-chef d'État (2003-2010) comme chef de cabinet, poste équivalent à premier ministre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer