Mexique: des sénateurs lancent une campagne anti-Trump

Des effigies de Donald Trump ont été brûlées... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

Des effigies de Donald Trump ont été brûlées samedi dernier dans les rues de Mexico et d'autres villes mexicaines, à l'occasion des rituels des bûchers de Judas de la Semaine sainte.

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Mexico

Aux cris de «Le Mexique contre Trump», les sénateurs du Parti de la Révolution démocratique (PRD, gauche) ont annoncé mardi le lancement d'une campagne contre Donald Trump, favori pour l'investiture du parti républicain à l'élection présidentielle américaine.

Les sénateurs ont placé dans l'enceinte du Sénat mexicain des pancartes marquées MXcontraTrump, le mot-dièse qui sera utilisé pour leur communication sur les réseaux sociaux.

L'initiative «va être lancée rapidement et nous espérons recevoir l'appui de tous les groupes parlementaires», a déclaré lors d'une conférence de presse Miguel Barbosa, chef du groupe parlementaire du PRD au Sénat.

Le PRD est la troisième force politique au Sénat avec 20 sièges sur 127.

Depuis le début de sa campagne pour l'investiture républicaine dans la course à la Maison-Blanche, le magnat de l'immobilier s'est montré peu amène à l'égard du Mexique, l'accusant d'envoyer aux États-Unis des violeurs et des délinquants.

«Nous lançons un appel au peuple américain pour qu'il rejette cette stratégie et empêche Donald Trump de devenir le président de la nation la plus puissante au monde, ce qui pourrait menacer la stabilité et la paix sur notre planète», a déclaré M. Barbosa dans l'enceinte du Sénat, où se tient une exposition photo relatant le dangereux périple effectué par les migrants clandestins pour tenter de rejoindre l'«eldorado» américain.

Avec cette campagne, le PRD veut dénoncer la stratégie de Trump, basée selon lui sur «le dénigrement, la xénophobie et le racisme».

D'après une étude réalisée par l'institut GEA-ISA, 61% des Mexicains ont une mauvaise opinion de Donald Trump, qui a promis de faire construire un mur entre les deux pays, que paierait le Mexique, pour empêcher toute immigration illégale.

Début mars, le président mexicain Enrique Peña Nieto avait intensifié ses critiques à l'égard du milliardaire new-yorkais, comparant sa «rhétorique stridente» à celle employée par Hitler et Mussolini avant leur arrivée au pouvoir.

Des effigies de Donald Trump ont été brûlées samedi dernier dans les rues de Mexico et d'autres villes mexicaines, à l'occasion des rituels des bûchers de Judas de la Semaine sainte.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer