Fidel Castro lauréat en Chine d'un prix de la paix alternatif au Nobel

Fidel Castro... (Photo Alex Castro, AP)

Agrandir

Fidel Castro

Photo Alex Castro, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
PÉKIN

Un groupe d'intellectuels chinois a décerné à Fidel Castro un «prix de la paix» qui se veut une alternative au prestigieux Nobel, en saluant les efforts de l'ex-président cubain pour «résoudre les crises internationales».

«Castro, quand il était au pouvoir, n'a pas eu recours à la force ou à la violence pour résoudre les crises et les conflits dans les relations internationales, en particulier avec les États-Unis», a assuré Liu Zhiqin, l'un des organisateurs du «Prix de la paix Confucius», cité jeudi par le journal Global Times.

Le père de la Révolution cubaine, depuis qu'il a pris sa retraite en 2008, «s'est employé sans relâche à rencontrer des dirigeants et des organisations étrangères et a beaucoup servi la cause de l'élimination des armes nucléaires», a-t-il ajouté.

Le Lider maximo est pourtant connu pour avoir, durant la Guerre froide, soutenu militairement divers régimes marxistes ou mouvements révolutionnaires en Afrique ou en Amérique latine, allant jusqu'à envoyer des troupes combattre dans des pays tels que l'Angola, la Namibie, l'Éthiopie ou le Mozambique.

Fidel Castro avait par ailleurs invité l'URSS à installer à Cuba des missiles nucléaires pointés sur les États-Unis, menant les deux blocs au bord de la guerre atomique en 1962.

Le président chinois Xi Jinping s'était longuement entretenu avec Fidel Castro lors de sa visite officielle à Cuba en juillet dernier.

Pour l'édition 2014 du prix Confucius, Fidel Castro était notamment en lice avec la présidente sud-coréenne Park Geun-Hye, le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, ou l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS), un groupe régional qui se veut une alternative à l'ascendant des États-Unis.

Interrogé jeudi, le ministère chinois des Affaires étrangères a démenti toute implication du gouvernement dans l'existence du prix, décerné selon lui par «une organisation civile militant pour la paix».

Le premier «Prix de la paix Confucius» avait été attribué en 2010 à l'ancien vice-président taïwanais Lien Chan par une association chinoise jusqu'ici inconnue, à la veille de la remise à Oslo du Nobel de la paix au dissident chinois Liu Xiaobo, bête noire du régime communiste, condamné en 2009 à 11 ans de prison.

Questionnée sur ce télescopage, cette association avait nié toute arrière-pensée, sans convaincre grand monde. Le comité Nobel norvégien avait qualifié de «pathétique» cette initiative. Enfin, un responsable du Prix Confucius avait concédé à l'AFP que le jury s'était formé sous l'égide du ministère chinois de la Culture.

Le prix Nobel de la paix a été remis mercredi à Oslo à l'adolescente pakistanaise Malala Yousafzai et à un autre défenseur des enfants, l'Indien Kailash Satyarthi.

Pour l'édition 2011 du prix, les chercheurs et professeurs membres du «jury» Confucius avaient choisi Vladimir Poutine, en raison de ses «remarquables actions pour préserver la paix dans le monde».

Depuis qu'il a laissé le pouvoir à son frère Raul, Fidel Castro se consacre à l'écriture et reçoit à l'occasion des dignitaires étrangers.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer