Mort de l'ancien commandant rebelle cubain Huber Matos

Huber Matos (à droite) aux côtés de Fidel... (Photo photothèque La Presse)

Agrandir

Huber Matos (à droite) aux côtés de Fidel Castro en 1959.

Photo photothèque La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse

L'ancien commandant rebelle cubain Huber Matos, qui fut l'un des fidèles compagnons de lutte de Fidel Castro avant de finalement se retourner contre le leadership communiste, est mort jeudi à Miami à l'âge de 95 ans, a annoncé son parti.

Matos «est décédé à l'aube du 27 février à Miami», a déclaré dans un communiqué la direction du parti Cuba indépendant et démocratique (CID).

L'ancien rebelle, qui avait été hospitalisé mardi à la suite d'une crise cardiaque, avait demandé mercredi aux médecins de débrancher l'appareil respiratoire qui le maintenait en vie.

Matos a laissé derrière lui «un testament politique et une lettre aux Vénézuéliens», a précisé le CID, sans donner plus de détails sur le contenu de celle-ci. Le Venezuela, proche allié de Cuba, est depuis trois semaines le théâtre de vives manifestations anti-gouvernementales.

Une veillée sera organisée en son honneur dimanche à Miami et son corps sera ensuite transféré au Costa Rica, pays qui l'avait accueilli après qu'il eut passé deux décennies en prison à Cuba.

Issu du Parti orthodoxe cubain, Matos avait pris part au mouvement armé contre le gouvernement de Fulgencio Batista et était parvenu en 1959 à décrocher le grade de commandant des forces rebelles de la province de Camagüey.

Il a ainsi été photographié aux côtés de Fidel Castro en plein climat révolutionnaire. Mais après la chute de Batista, Matos avait commencé à remettre en question l'influence grandissante du parti communiste au sein du gouvernement rebelle.

Emprisonné sous les accusations de sédition, il avait été condamné à 20 ans de prison.

À la fin de sa peine, Matos était parti vivre au Costa Rica où il avait fondé le CID en 1980, parti de tendance social-démocrate. Il s'était plus tard installé à Miami, en Floride (sud-est des États-Unis).




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer