Pérou: un des derniers leaders historiques du Sentier Lumineux condamné à la prison à perpétuité

Le Sentier lumineux a été l'une des plus... (PHOTO ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Le Sentier lumineux a été l'une des plus sanglantes guérillas d'Amérique latine et son conflit avec l'État dans les années 1980 à 2000 a fait près de 70 000 morts et disparus.

PHOTO ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
LIMA

Le guérillero Florindo Flores, dit «camarade Artemio», chef d'une faction du Sentier lumineux arrêté il y a plus d'un an, a été condamné vendredi à la réclusion à perpétuité par un tribunal péruvien, pour terrorisme, trafic de drogue et blanchiment d'argent.

Le tribunal, après 7 heures de délibération, a lu la sentence annonçant «la condamnation à la prison à perpétuité d'«Artemio», pour «délits contre l'État, trafic de drogue et terrorisme aggravé».

Le tribunal lui a également imposé une amende pour réparations civiles de quelque 182 millions de dollars.

Un des derniers cadres du Sentier lumineux, «Artemio», 51 ans, avait été blessé et capturé le 12 février 2012 lors d'une opération militaire dans la vallée de l'Alto Huallaga (nord-est), un fief de production de coca où opèrent des résidus de la guérilla maoïste des années 1980-2000, aujourd'hui alliés aux narcotrafiquants, selon les autorités..

Incarcéré à la prison navale du port du Callao (Lima), une prison de haute sécurité où le fondateur et chef historique du Sentier lumineux, arrêté en 1992, Abimael Guzman, 78 ans, purge une peine à perpétuité, l'ancien guérillero a indiqué qu'il ferait appel.

Le Sentier lumineux a été l'une des plus sanglantes guérillas d'Amérique latine et son conflit avec l'État dans les années 1980 à 2000 a fait près de 70 000 morts et disparus.

Durant le procès qui a duré six mois, «le camarade Artemio» a nié être un terroriste et s'est défini comme «révolutionnaire» du «combat héroïque de la guerre populaire».

Depuis l'arrestation d'«Artemio», la faction la plus vivace de la guérilla est désormais celle de la Vallée Apurimac-Ene (sud-est), un autre fief de production de coca, où les accrochages avec police et armée font plusieurs morts par an.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1607523:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer