Pour Sarkozy, la Crimée a choisi la Russie

Le président russe Vladimir Poutine (à gauche) reçoit... (PHOTO NATALIA KOLESNIKOVA, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Le président russe Vladimir Poutine (à gauche) reçoit son ancien homologue français, Nicolas Sarkozy, en banlieue de Moscou, en novembre 2012.

PHOTO NATALIA KOLESNIKOVA, ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse

«La Crimée a choisi la Russie, on ne peut pas le lui reprocher». Non, cette phrase n'a pas été prononcée par le chef de la diplomatie russe Sergeï Lavrov ni par aucun autre membre de la garde rapprochée de Vladimir Poutine. Elle vient plutôt de la bouche de l'ex-président français Nicolas Sarkozy, aujourd'hui patron de l'UMP.

Alors que le «référendum» tenu en mars au terme duquel la péninsule a quitté l'Ukraine pour la Russie n'a été reconnu ni par l'ONU ni par l'UE. 

Bien que l'Assemblée générale des Nations unies eut voté l'«invalidité» dudit référendum le 27 mars dernier, le chef de l'opposition qui rêve de faire un retour à l'Élysée en 2017 a cautionné de fait l'annexion de la Crimée, lors d'un rassemblement samedi de l'Union pour un mouvement populaire.

Une déclaration qui a réjoui le Kremlin.

À lire sur tempsreel.nouvelobs.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer