• Accueil > 
  • International 
  • > Michaëlle Jean se fait discrète à la veille du Sommet de la francophonie 

Michaëlle Jean se fait discrète à la veille du Sommet de la francophonie

Michaelle Jean... (PHOTO SEAN KILPATRICK, LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Michaelle Jean

PHOTO SEAN KILPATRICK, LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexandre Robillard
La Presse Canadienne
Dakar, Sénégal

La candidate au poste de secrétaire générale de l'Organisation de la francophonie (OIF), Michaëlle Jean, s'est faite discrète, vendredi, lors de ses deux premières apparitions publiques, à la veille de l'ouverture d'un sommet où le prochain dirigeant du regroupement sera choisi.

Mme Jean a d'abord assisté à un événement où le premier ministre du Québec Philippe Couillard était présent. Elle a ensuite rejoint le premier ministre du Canada Stephen Harper, qui a annoncé un investissement dans une campagne de vaccination.

Malgré les demandes multiples des médias, l'attaché de presse de Mme Jean, Louis Hamman, a affirmé que la candidate, ancienne gouverneure générale du Canada, avait un agenda très chargé.

«On va voir les disponibilités de Mme Jean, elle a un agenda qui est très chargé, c'est sûr qu'on souhaiterait vous parler, maintenant on va voir dans quelles circonstances ce sera possible de le faire», a-t-il dit.

À l'occasion du Sommet de la francophonie qui s'ouvre samedi dans la capitale sénégalaise, les chefs d'État et de gouvernements membres de l'OIF choisiront dimanche le prochain secrétaire général de l'OIF.

Au cours des derniers mois, Mme Jean a sillonné plusieurs pays pour promouvoir sa candidature, qui a reçu l'appui du Canada, du Québec et du Nouveau-Brunswick, trois membres de l'OIF. Mme Jean a également multiplié les entrevues dans les médias.

Lors d'un bref échange avec les journalistes, après l'annonce de M. Harper, M. Hamman n'a pas voulu dire combien avait coûté jusqu'ici l'opération.

En marge de l'événement auquel participait M. Couillard, Mme Jean s'est limitée à dire aux journalistes que sa campagne était une expérience «exaltante» et que le choix final revient aux chefs d'État et de gouvernements de l'OIF.

Durant l'annonce de M. Harper, Mme Jean était assise à la tribune d'honneur, à droite de l'épouse du premier ministre, Laureen Harper.

Par la suite, la candidate s'est brièvement adressée à un journaliste, qu'elle a recommandé au ministre du Développement international et de la Francophonie, Christian Paradis, relativement à ses frais de déplacement.

Tout en vantant la transparence du secrétaire actuel de l'OIF, Abdou Diouf, M. Paradis, qui fait partie de la délégation canadienne à Dakar, a affirmé que l'heure n'était pas venue de divulguer les sommes investies par le Canada.

«L'héritage d'Abdou Diouf, quand on parle de gouvernance et de transparence, il faut préserver ça, a-t-il dit. Maintenant si vous me demandez d'aller à travers les comptes, ce matin, ce n'est pas l'endroit approprié pour faire ça. Je n'ai pas de chiffres.»

Le ministère des Affaires étangères du Canada a investi jusqu'ici 55 000 $ en frais de déplacements pour la campagne de Mme Jean, a par la suite indiqué le cabinet de M. Harper.

Le gouvernement du Québec fournit de son côté un soutien logistique en affectant M. Hamman à la campagne de Mme Jean.

M. Paradis, qui fait campagne pour Mme Jean en marge du sommet, a affirmé qu'elle ferait entrer l'OIF dans le 21e siècle.

«Mme Jean a mené une campagne qui a été optimale, qui a été prudente, a-t-il dit. Elle est allée où il fallait pour faire du bon démarchage, maintenant on pense qu'elle est la candidate qui peut amener la francophonie au 21e siècle avec les défis de nouvelle génération.»

Mme Jean est parmi les cinq candidats qui souhaitent succéder à M. Diouf, âgé de 79 ans. Après 10 ans passés à la tête de l'OIF, il a choisi de ne pas solliciter un nouveau mandat.

En fin de journée, M. Harper a rencontré M. Couillard ainsi que le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Brian Gallant.

Selon le cabinet de M. Harper, les trois homologues ont notamment «réitéré leur appui indéfectible à la candidature de Mme Jean».

M. Harper a annoncé vendredi un investissement de 500 millions $ pour une campagne de vaccination d'enfants dans les pays en développement, menée par un partenariat public privé durant la période 2016-2020.

Les fonds seront transmis à l'Alliance mondiale pour les vaccins et la vaccination (GAVI), un organisme qui mène actuellement une campagne pour vacciner 300 millions d'enfants, ce qui devrait permettre de sauver cinq à six millions de vies, indique un communiqué émis par le cabinet du premier ministre.

M. Harper a fait cette annonce dans un centre de santé de la banlieue dakaroise, en présence du premier ministre du Sénégal, Mohammed Dionne, à l'occasion du lancement à travers le pays d'une campagne de vaccination contre le rotavirus.

En 2008, le rotavirus a été la cause de diarrhées qui ont entraîné la mort de 450 000 enfants à travers le monde, dont 1900 au Sénégal.

Présent pour l'occasion, le directeur exécutif de GAVI, Seth Berkley, a affirmé que la contribution du Canada servira à immuniser 14 millions d'enfants, ce qui pourrait sauver la vie de 260 000 d'entre eux, avec une contribution qui compte pour cinq pour cent des coûts de la campagne 2016-2020, qui totalise 9,5 milliards de dollars.

«C'est une contribution qui est tout à fait proportionnelle à ce que le Canada fait dans d'autres forums», a-t-il dit.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer