Le pétrole termine au-dessus des 50 dollars le baril

Le baril de «light sweet crude» pour livraison... (PHOTO MARK RALSTON, ARCHIVES AFP)

Agrandir

Le baril de «light sweet crude» pour livraison en septembre, la référence américaine du brut, a terminé à 50,17 dollars sur le New York Mercantile Exchange.

PHOTO MARK RALSTON, ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
New York

Les cours du pétrole ont terminé au-dessus de la barre symbolique des 50 dollars le baril lundi à New York, un niveau auquel ils n'avaient plus fini depuis mai, grâce à un sursaut en fin de séance.

Le prix du baril de «light sweet crude» (WTI), référence américaine du brut, a gagné 46 cents, pour terminer à 50,17 dollars sur le contrat pour livraison en septembre au New York Mercantile Exchange.

Le marché a clôturé avec plusieurs dizaines de minutes de retard. Contacté par l'AFP, un porte-parole du Nymex a reconnu le retard mais n'a pas fourni d'explication dans l'immédiat.

«Le département de l'Énergie vient juste de publier (une heure avant la fin des échanges) des statistiques sur la demande pour le mois de mai et on voit une progression significative de la demande pour l'essence et les produits distillés par rapport à un an plus tôt», a mis en avant Andy Lipow de Lipow Oil Associates.

«Cela a fait monter le prix des produits raffinés qui ont entraîné le brut avec eux», a-t-il expliqué.

Le baril new-yorkais a ainsi pu finir au-dessus du seuil des 50 dollars qu'il avait brièvement franchi dans les échanges précédant l'ouverture mais sans alors parvenir à se maintenir au-dessus de ce niveau.

Plus généralement, «le scénario qui se renforce d'un rééquilibrage de l'offre devient une réelle possibilité avec l'engagement de l'Arabie saoudite à limiter les exportations et le ralentissement de l'activité de forage aux États-Unis», a ajouté Bart Melek de TD Securities.

Certes, le nombre de puits en activité a très légèrement progressé selon le décompte hebdomadaire de la société de services pétroliers Baker Hughes publié vendredi mais depuis le début du mois le rythme a nettement ralenti.

Par ailleurs, les prix profitent de l'incertitude pesant sur la situation politique au Venezuela où a eu lieu l'élection dimanche d'une toute puissante Assemblée constituante, critiquée à l'étranger et rejetée par l'opposition qui a appelé à de nouvelles manifestations.

«Ce n'est pas seulement que des troubles supplémentaires pourraient avoir un impact sur la production et l'acheminement mais aussi que de possibles sanctions envers le secteur pétrolier sont désormais envisagées par les États-Unis, le premier consommateur de brut vénézuélien», ont commenté les experts de Commerzbank.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer