Wall Street clôture près de l'équilibre

Wall Street a terminé près de l'équilibre vendredi une séance écourtée à... (PHOTO RICHARD DREW, AP)

Agrandir

PHOTO RICHARD DREW, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
NEW YORK

Wall Street a terminé près de l'équilibre vendredi une séance écourtée à l'occasion de Thanksgiving, le marché soupesant l'impact de la chute des prix de l'or noir sur les secteurs de la distribution, du transport ou de l'énergie.

La Bourse de Toronto a clôturé en baisse, les titres du secteur de l'énergie ayant poursuivi leur glissade pendant que le cours du pétrole brut dégringolait à un creux de cinq ans, tandis que les actions des minières reculaient avec le prix du cuivre, en proie à certaines inquiétudes quant à la l'économie chinoise.

Le plongeon des prix de l'énergie a pesé sur le dollar canadien, qui s'est déprécié vendredi de 0,84 cent US à 87,14 cents US.

-----------------

Les marchés à la fermeture :

  • TSX   14 744,70 / -177,74 (-1,19%)
  • Dow Jones   17 828,24 / 0,49 (0,00 %)
  • S&P 500   2067,56 / -5,27 (-0,25 %)
  • NASDAQ   4791,63 / 4,31 (0,09 %)

-----------------

«La séance est surtout marquée par la décision de l'OPEP», l'Organisation des pays exportateurs de pétrole, de ne pas réduire sa production malgré la déroute les prix de l'or noir depuis l'été, a souligné Peter Cardillo de Rockwell Global Capital.

Dans la foulée de cette annonce jeudi, les cours du Brent à Londres et du WTI à New York sont descendus à leur plus bas niveau depuis 2010.

«C'est une nouvelle à double tranchant», a commenté le spécialiste. «C'est bon pour le consommateur, mais si les prix continuent de glisser, cela peut aussi se traduire par des émeutes [dans les pays dont les revenus reposent principalement sur l'exploitation du brut] et des troubles géopolitiques», a-t-il estimé.

Dans l'immédiat, «les Américains, ainsi que les Européens d'ailleurs, devraient juste profiter de cette aubaine», a estimé Jack Ablin de BMO Private Bank.

D'ailleurs, en cette journée de Black Friday qui représente aux États-Unis un temps fort commercial majeur, plusieurs groupes de distribution ont été brigués par les courtiers: le géant mondial du secteur Wal-Mart a enregistré la plus forte hausse du Dow Jones (+3,01 % à 87,54 dollars), Target a gagné 2,55 % 74,00 dollars et Macy's 2,17 % 64,91 dollars.

La chaîne de magasins de produits électroniques grand public Best Buy a de son côté progressé de 1,73 % à 39,42 dollars malgré le blocage temporaire de son site internet vendredi dans la matinée.

Les actions du secteur des transports ont aussi largement bénéficié de la chute des prix du brut: American Airlines a bondi de 7,92 % à 48,53 dollars, Delta de 5,49 % 46,67 dollars, SouthWest de 6,47 % à 41,82 dollars et United de 8,18 % 61,23 dollars.

Nouvelle donne pour les banques centrales 

Touchées de plein fouet par ce plongeon de l'or noir, les majors pétrolières ExxonMobil et Chevron ont en revanche chuté respectivement de 4,17 % à 90,54 dollars et de 5,42 % à 108,87 dollars.

Les compagnies de services parapétroliers ont, elles aussi, été très affectées, à l'instar d'Halliburton (-10,86 % à 42,20 dollars), Transocean (-9,71 % à 21,01 dollars) ou Schlumberger (-7,39 % à 85,95 dollars).

Cette nouvelle donne sur le marché de l'énergie est par ailleurs «une information frustrante pour les banquiers centraux dans la mesure où la glissade des prix du brut va continuer à encourager les tendances déflationnistes», a relevé Patrick O'Hare de Briefing.com en soulignant que l'inflation était tombée à 0,3 % en novembre dans la zone euro contre 0,4 % en octobre.

Cela met notamment une pression supplémentaire sur le président de la Banque centrale européenne, Mario Draghi, pour qu'il annonce des mesures supplémentaires de relance de l'économie. Mais cela pourrait aussi inciter la Réserve fédérale américaine à ne pas relever aussi tôt que prévu ses taux d'intérêt, une perspective qui n'est pas sans réjouir les courtiers américains qui profitent largement des taux bas de la Fed.

Parmi les autres valeurs du jour figurait Google, qui s'est adjugé 0,25 % à 549,08 dollars au lendemain d'une résolution du Parlement européen appelant à son démantèlement, un texte symbolique mais qui met une pression supplémentaire sur le géant d'internet.

Le marché obligataire a terminé en hausse. Le rendement des bons du Trésor à 10 ans a reculé à 2,194 % contre 2,234 %, mercredi soir, et celui des bons à 30 ans à 2,910 % contre 2,940 %.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer