Les États-Unis restituent des squelettes de dinosaures volés

La prise comprend les squelettes de deux tyrannosaures... (Photo Reuters)

Agrandir

La prise comprend les squelettes de deux tyrannosaures bataars, cousins du terrifiant tyrannosaure rex, et deux oviraptors, soupçonnés un temps de manger les oeufs des autres dinosaures.

Photo Reuters

Agence France-Presse
NEW YORK

Les États-Unis ont rendu à la Mongolie jeudi plus de 18 squelettes et fossiles de dinosaures qui avaient été volés dans le désert de Gobi puis exportés illégalement, affirmant qu'ils pourraient remplir un musée entier.

La prise comprend les squelettes de deux tyrannosaures bataars, cousins du terrifiant tyrannosaure rex, et deux oviraptors, soupçonnés un temps de manger les oeufs des autres dinosaures.

Certains avaient été importés illégalement aux États-Unis en utilisant de faux documents, d'autres avaient été volontairement introduits clandestinement dans le pays par un collectionneur britannique.

«Une remise de ce genre est sans précédent», a affirmé le procureur fédéral de New York Preet Bharara, lors de la cérémonie de remise des pièces volées.

«Cette prise suffit à remplir un musée d'histoire naturelle, qui est actuellement en projet en Mongolie si j'ai bien compris. Nous sommes honorés de rendre ces fossiles au peuple de Mongolie», a-t-il ajouté.

Les États-Unis avaient déjà rendu à la Mongolie, il y a plus d'un an, les premiers restes d'un squelette de tyrannosaure âgé de 70 millions d'années.

Ce squelette avait été vendu aux enchères pour plus d'un million de dollars avant que les autorités américaines n'interviennent, à la demande de la Mongolie.

Le ministre mongol de la Culture a indiqué pour sa part que ce squelette serait la première pièce exposée au futur musée du Dinosaure, que son gouvernement a prévu de construire.

Un collectionneur basé en Floride, Eric Prokopi, avait plaidé coupable en décembre 2012 d'avoir importé illégalement des restes de squelettes de dinosaures, qui avaient été ensuite rendus aux autorités américaines par son ancien partenaire britannique en affaires.

M. Prokopi, qui risquait jusqu'à 17 ans de prison et 250 000 dollars d'amende, a été finalement condamné à trois mois de prison le 3 juillet après avoir plaidé coupable et rendu les squelettes.




la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer