Devant l’urgence climatique, le gouvernement du Québec fait évoluer son Plan pour une économie verte 2030 en ajoutant de nouvelles mesures à celles qui sont déjà en place. Certains effets des dérèglements se font déjà sentir, et le Québec est en action pour intensifier la lutte collective contre les changements climatiques. Voici comment.

Publié le 12 juin

XTRA Qu’est-ce qu’un XTRA?

XTRA est une section qui regroupe des contenus promotionnels produits par ou pour des annonceurs.

À l’échelle mondiale, la hausse des émissions de gaz à effet de serre (GES) provient essentiellement de la combustion d’énergies fossiles : charbon, pétrole et gaz naturel. Au Québec toutefois, nous pouvons miser sur l’hydroélectricité pour produire notre énergie propre, l’électricité.

Au cours des deux dernières années, Québec a plus que doublé ses efforts pour lutter contre les changements climatiques. Et dans les cinq prochaines années, ce sont 7,6 milliards de dollars qui seront investis pour se rapprocher des cibles établies dans le Plan pour une économie verte 2030. Parmi les mesures annoncées, un grand nombre touchent les transports et les industries, les deux secteurs qui émettent le plus de GES au Québec.

En savoir plus sur les actions pour lutter contre les changements climatiques

Coup d’accélérateur à l’électrification des transports

En matière d’émissions de GES, le secteur des transports conserve la part du lion puisque, au Québec, 43,3 % des GES émanent de ce secteur⁠1. Une évidence s’impose : il devient primordial d’électrifier massivement les transports avec notre énergie propre. Le Québec est en bonne voie d’y arriver puisqu’on trouve sur les routes 137 000 véhicules électriques, ce qui représente plus de 45 % de tous les véhicules électriques immatriculés à l’échelle du pays. Québec a d’ailleurs rehaussé sa cible à 1,6 million de véhicules électriques sur les routes d’ici à 2030, et pour accélérer la cadence, le gouvernement apporte un soutien financier massif à l’électrification des transports. Au total, entre 2022 et 2027, un investissement inégalé de 3,48 milliards de dollars viendra appuyer les efforts de réduction des GES dans ce secteur.

L’action climatique en transport, c’est notamment…

  • … ajouter des milliers de bornes de recharge publiques.
  • … offrir des incitatifs à l’achat de véhicules zéro émission : transports collectif et scolaire, camions lourds et spécialisés ainsi que véhicules légers.
  • … aucune vente de véhicules à essence ou à diesel neufs à partir de 2035.
Découvrez des projets inspirants en transport

Une économie transformée

Les industries québécoises, quant à elles, sont responsables de plus de 29 % des émissions de GES⁠2. Ici aussi, le gouvernement consent des efforts sans précédent, dont un investissement total de 1,34 milliard de dollars au cours des cinq prochaines années. Pour assurer la transition climatique de la province, les industries et grandes entreprises doivent se convertir autant que possible aux énergies propres, dont l’hydroélectricité, et tabler sur l’innovation et les technologies propres pour réduire les émissions de GES tout en limitant l’exploitation de nouvelles ressources. Bref, le Québec a besoin de voir émerger une économie verte, résiliente, durable et circulaire.

Qu’est-ce que le marché du carbone ?

  • Le système de plafonnement et d’échange de droits d’émission de gaz à effet de serre (SPEDE) — aussi appelé marché du carbone — créé par Québec est reconnu comme l’un des plus rigoureux et les plus performants du monde. Il oblige notamment les grandes entreprises à réduire leurs émissions de GES ou à payer pour la pollution engendrée.
  • Contrairement à une taxe, le marché du carbone garantit les réductions avec l’imposition de plafonds d’émissions de GES.
  • Les revenus du marché du carbone servent à financer l’action climatique au Québec.
Découvrez des projets inspirants dans le secteur industriel

Un Québec plus résilient face aux changements climatiques

Parce que les changements climatiques affectent déjà le Québec, il est nécessaire de s’adapter à leurs répercussions pour protéger et préserver la qualité de vie collective. Afin de favoriser l’émergence de solutions concrètes et appuyées par la science en réponse à ces défis, Québec apporte son aide financière à une foule de solutions d’adaptation pour mieux comprendre et limiter l’incidence des dérèglements climatiques sur la population, l’économie et l’environnement. Aux quatre coins de notre territoire, des projets porteurs d’espoir voient le jour pour réduire les îlots de chaleur, prévenir les inondations, protéger les côtes de l’érosion et, un à un, contribuer à verdir le Québec.

Découvrez des solutions d’adaptation inspirantes

EN BREF

Quelques-uns des objectifs du Plan pour une économie verte 2030 :

  • Réduire les émissions de GES de 37,5 % sous leur niveau de 1990 d’ici à 2030
  • Atteindre la carboneutralité d’ici à 2050
  • Améliorer la capacité du Québec à s’adapter aux répercussions des changements climatiques

⁠1 Source : GES 1990-2019 — Inventaire québécois des émissions de gaz à effet de serre en 2019 et leur évolution depuis 1990, ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques

⁠2 Source : GES 1990-2019 Inventaire québécois des émissions de gaz à effet de serre en 2019 et leur évolution depuis 1990, ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques