(Stockholm) Les États-Unis ont affiché jeudi leur pessimisme sur la possibilité de sauver l’accord sur le nucléaire iranien malgré la reprise des négociations à Vienne et des propositions présentées par Téhéran.

Publié le 2 déc. 2021
Francesco FONTEMAGGI Agence France-Presse

Pressé par Israël de mettre fin immédiatement aux pourparlers qui ont redémarré lundi, le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken a semblé réserver sa réponse.

« Nous saurons très très rapidement, d’ici un jour ou deux, si l’Iran est sérieux ou pas » et s’il « entend désormais dialoguer de bonne foi », a-t-il dit à la presse en marge d’une réunion internationale à Stockholm.

Avertissement ferme

Le secrétaire d’État a adressé un avertissement ferme à Téhéran.

« Ce que l’Iran ne peut pas faire, c’est entretenir le statu quo qui revient à développer son programme nucléaire tout en traînant des pieds » à la table des négociations, a-t-il martelé.

« Cela ne va pas être possible », a-t-il prévenu, assurant que les Européens étaient sur la même longueur d’onde.

« Je dois vous dire que les récentes mesures, les récentes déclarations, ne sont pas de nature à nous rendre optimistes », a poursuivi Antony Blinken, sans toutefois fermer encore définitivement la porte à la diplomatie : « Même si l’heure tourne, il n’est pas trop tard pour que l’Iran change d’attitude et dialogue de manière significative ».

L’enjeu est de taille : il s’agit de sauver l’accord international de 2015 censé empêcher la République islamique de se doter de la bombe atomique. Et éviter donc un recours par Washington, ou l’État hébreu, à « d’autres options » qui pourraient aller jusqu’à l’usage de la force militaire.

La balle dans le camp américain

Conclu entre l’Iran et des grandes puissances (États-Unis, Russie, Chine, France, Allemagne, Royaume-Uni), le pacte est moribond depuis le retrait unilatéral en 2018 des États-Unis, sous la présidence de Donald Trump. Ce dernier a rétabli les sanctions américaines, poussant en riposte Téhéran à s’affranchir de la plupart de ses engagements.

Arrivé à la Maison-Blanche en janvier, son successeur Joe Biden dit vouloir revenir dans l’accord si l’Iran renoue aussi avec ses restrictions nucléaires.

Des négociations indirectes entre les deux pays ennemis ont débuté en avril avant de s’interrompre en juin avec l’arrivée au pouvoir en Iran du président ultraconservateur Ebrahim Raïssi.

Après cinq mois d’interruption, elles viennent de reprendre, mais l’optimisme du printemps n’est plus de mise côté américain.

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amirabdollahian, a pourtant estimé qu’un accord était « à portée de main » mais dépendait de la « bonne volonté » des Occidentaux.

Dans un entretien publié jeudi par le média en ligne Middle East Eye, il affirme aussi que « la balle est dans le camp des Américains » qui « doivent retirer leurs sanctions ».  

Le négociateur en chef iranien Ali Bagheri a déclaré jeudi avoir fait deux propositions sur une levée des sanctions et sur le programme nucléaire de Téhéran.

« Le premier document résume les points de vue de la République islamique d’Iran sur la levée des sanctions et le deuxième concerne les activités nucléaires de l’Iran », a-t-il dit lors d’un entretien avec la télévision publique iranienne IRIB depuis Vienne.

« Désormais, l’autre partie doit examiner ces documents et se préparer pour négocier avec l’Iran sur la base des textes que nous leur avons soumis », a expliqué Ali Bagheri, qui est également vice-ministre des Affaires étrangères.

Il a précisé qu’un « calendrier » des pourparlers devait être « fixé » vendredi.

L’émissaire a par ailleurs mis en garde ses interlocuteurs contre « d’autres acteurs qui sont en dehors des pourparlers mais tentent de perturber la voie qui mène à un accord et à un dialogue constructif » — dans une allusion à Israël, qui s’oppose à toute entente.

Le premier ministre israélien Naftali Bennett a haussé le ton jeudi en demandant clairement à Antony Blinken, lors d’une conversation téléphonique, la « fin immédiate » des négociations de Vienne.

Il a évoqué « des violations à des fins de provocation de l’Iran dans le secteur du nucléaire ».

Le chef de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) Rafael Grossi a en effet indiqué mercredi que les Iraniens avaient commencé à enrichir de l’uranium dans l’usine souterraine de Fordo.

L’AIEA fait état de la mise en cascade de 166 centrifugeuses IR-6 plus performantes, qui s’ajoutent aux 1044 IR-1 fonctionnant déjà pour produire de l’uranium enrichi à 20 %, bien au-delà du seuil prévu dans l’accord de 2015.