Donald Trump intente une poursuite de 10 millions $ US contre un de ses anciens consultants, Sam Nunberg, alléguant que ce dernier aurait donné des renseignements à des journalistes en violation d'un accord de non-divulgation.

Publié le 13 juill. 2016
ASSOCIATED PRESS

Dans un document juridique obtenu par l'Associated Press, Sam Nunberg accuse à son tour le candidat républicain de vouloir le faire taire afin d'empêcher les médias de couvrir une relation amoureuse entre deux de ses principaux employés de campagne. Il nie l'avoir dénigré et lui reproche de tenter de «l'intimider» parce qu'il a décidé d'appuyer le sénateur texan Ted Cruz pendant les primaires républicaines.

La colossale somme en jeu reflète les efforts de M. Trump pour protéger énergiquement la confidentialité des rouages de son organisation.

Le mois dernier, l'Associated Press avait rapporté que M. Trump obligeait presque tous ceux impliqués dans son organisation et ses entreprises à signer des accords de non-divulgation leur interdisant de dévoiler tout renseignement concernant lui-même, sa famille et ses entreprises. Le candidat républicain a déjà déclaré qu'il envisageait de faire signer de pareils documents à tous ceux qui travailleront à la Maison-Blanche s'il y est élu.

Alan Garten, l'avocat de M. Trump, n'a pas répondu aux appels et aux courriels de l'Associated Press. Quant à M. Nunberg, il a refusé de commenter la situation, mercredi.