Source ID:; App Source:

Le président Morsi nomme 17 nouveaux gouverneurs

Le président Mohammed Morsi a notamment remplacé les gouverneurs... (PHOTO AFP/PRÉSIDENCE ÉGYPTIENNE)

Agrandir

Le président Mohammed Morsi a notamment remplacé les gouverneurs d'Alexandrie (nord), la deuxième ville du pays, et de Port-Saïd (nord-est), une ville à l'entrée nord du canal de Suez qui a connu de nombreux troubles politico-sportifs depuis deux ans, notamment à la suite d'un match de soccer meurtrier.

PHOTO AFP/PRÉSIDENCE ÉGYPTIENNE

Dossiers >

L'Égypte après Moubarak
L'Égypte après Moubarak

Notre dossier sur le soulèvement populaire qui secoue l'Égypte. »

Sur le même thème

Agence France-Presse
Le Caire

Le président égyptien Mohamed Morsi a remplacé 17 des 27 gouverneurs du pays, nommant selon la presse locale plusieurs membres des Frères musulmans dont il est issu, des militaires et un responsable d'un groupe islamiste radical.

Ce vaste mouvement renforce la présence du camp présidentiel à des postes-clés de l'organisation administrative et sécuritaire du pays, à moins de deux semaines de manifestations à l'appel de l'opposition pour réclamer le départ de M. Morsi, relèvent des journaux lundi.

Dans un décret rendu public dimanche soir, la présidence a indiqué que les nouveaux gouverneurs prêteraient serment lundi.

Le président a notamment remplacé les gouverneurs d'Alexandrie (nord), la deuxième ville du pays, et de Port-Saïd (nord-est), une ville à l'entrée nord du canal de Suez qui a connu de nombreux troubles politico-sportifs depuis deux ans, notamment à la suite d'un match de soccer meurtrier.

Selon le quotidien indépendant Al-Masri Al-Yom, sept des nouveaux gouverneurs sont membres des Frères musulmans et six sont des militaires. 

Le nouveau gouverneur de Louxor (sud) est Adel al-Khayyat, un responsable du Parti de la construction et du développement, la branche politique du groupe islamiste radical Gamaa Islamiya.

La Gamaa Islamiya fut à l'origine d'une vague d'attentats dans les années 1990 avant de renoncer à la violence. En 1997, elle avait revendiqué une attaque sur un site pharaonique de la région de Louxor, qui avait fait 68 morts, dont 58 touristes.

En septembre, M. Morsi avait déjà remplacé dix gouverneurs, nommant cinq islamistes à ces postes-clés autrefois quasi-exclusivement réservés à des membres de l'armée ou des services de sécurité.

Al-Masri Al-Yom estime que ces nouvelles nominations sont le signe d'une «poursuite de la "frérisation"» de l'État et un «défi» à la manifestation prévue à la fin du mois par la campagne Tamarrod (rébellion, en arabe).

Tamarrod affirme avoir réuni plusieurs millions de signatures en faveur d'une présidentielle anticipée et appelle à manifester devant le palais présidentiel le 30 juin, date qui marquera le premier anniversaire de l'investiture de M. Morsi.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer