Les président russe Vladimir Poutine et américain Barack Obama se sont mis d'accord lundi, lors d'une conversation téléphonique, pour renforcer le cessez-le-feu en Syrie, a annoncé le Kremlin.

Publié le 18 avr. 2016
AGENCE FRANCE-PRESSE

« Les dirigeants ont discuté en détail de la situation en Syrie, confirmant notamment leur intention de faciliter le renforcement du cessez-le-feu, fruit d'une initiative russo-américaine, dans ce pays, ainsi que l'accès de l'aide humanitaire », précise le Kremlin dans un communiqué.

Le président Poutine a également appelé les rebelles « modérés » à se démarquer du groupe État islamique et des djihadistes du Front Al-Nosra et à la fermeture de la frontière entre la Syrie et la Turquie d'où selon lui se poursuit « la fourniture d'armes pour les extrémistes », selon le communiqué.

Les présidents Poutine et Obama ont souligné l'importance des pourparlers de paix de Genève en cours à et sont convenus que les services de sécurité russes et américains renforceraient leur coopération sur la Syrie.

« À cette fin, seront élaborées des mesures supplémentaires pour réagir rapidement aux violations du cessez-le-feu existantes », a ajouté le Kremlin.

Un cessez-le-feu entre les forces du régime de Damas et les groupes de rebelles modérés, négocié par les États-Unis et la Russie, est entré en vigueur le 27 février, contribuant à diminuer l'intensité des combats dans l'ensemble de la Syrie, et soulevant des espoirs quant à la conclusion d'un accord à Genève pour mettre fin au conflit. Les organisations djihadistes comme l'État islamique et le groupe Al-Nosra ne sont pas parties prenantes à cette trêve.

Mais les violents combats autour d'Alep la semaine dernière ont obligé des dizaines de milliers d'habitants à fuir la région, conduisant l'opposition à mettre en doute la disposition du président Bachar Al-Assad à accepter une solution politique pour mettre fin au conflit.

M. Obama a également remercié son homologue russe pour l'aide de la Russie dans la libération de l'Américain Kevin Dawes, qui était détenu en Syrie, a indiqué le Kremlin.

Cet homme de 33 ans, présenté par le FBI comme un photographe indépendant, avait été enlevé en 2012 après avoir franchi la frontière turque.

Moscou a affirmé que le régime de Damas l'avait arrêté pour être « entré illégalement en Syrie ».