(Caracas) Les élections pour renouveler le parlement unicaméral du Venezuela, seule institution du pays actuellement contrôlée par l’opposition, auront lieu le 6 décembre, a annoncé mercredi le Conseil national électoral (CNE).

Agence France-Presse

« Tout le pays est convoqué le 6 décembre 2020 pour le processus électoral destiné à élire l’Assemblée nationale », a indiqué la présidente du CNE, Indira Alfonzo, dans une déclaration diffusée par la télévision d’État. Mme Alfonzo avait annoncé mardi que les législatives auraient lieu en décembre, mais sans en préciser la date.

Le nouveau parlement sera élu pour un mandat de cinq ans allant de 2021 à 2026, a précisé la présidente du CNE.

Les principales formations de l’opposition vénézuélienne ont déjà annoncé qu’elles boycotteraient ces législatives, qu’elles jugent par avance frauduleuses dans la mesure où Indira Alfonzo a été nommée présidente du CNE par le Tribunal suprême de justice (TSJ), considéré comme acquis au pouvoir du président socialiste vénézuélien Nicolas Maduro.

En désignant la présidente du CNE, le TSJ s’est attribué une prérogative de l’Assemblée nationale, à laquelle il revient selon la loi de procéder à une telle nomination.

L’Assemblée nationale est présidée par Juan Guaidó, qui considère comme illégitime la présence au pouvoir de Nicolas Maduro et s’est proclamé en janvier 2019 président par intérim du Venezuela.

Il est actuellement reconnu comme tel par une cinquantaine de pays dont les États-Unis, qui appellent ouvertement au renversement de Nicolas Maduro et appliquent diverses sanctions économiques contre Caracas.

Considéré comme illégitime par Washington, par l’Union européenne et par plusieurs pays d’Amérique latine, Nicolas Maduro est notamment soutenu par la Russie, la Chine, l’Iran et Cuba.

Boycottage de l’opposition

La présidente du CNE a déclaré que 89 organisations étaient susceptibles de participer aux législatives et pourraient déposer leurs candidatures entre le 10 et le 19 août.

Il s’agit pour la plupart d’organisations numériquement peu importantes.

Avec le boycottage annoncé des législatives par les grandes formations de l’opposition, le chavisme a la voie libre pour reprendre le contrôle de l’Assemblée nationale. Il l’avait perdu en décembre 2015, après 15 ans de domination chaviste, lorsque l’opposition avait remporté 112 des 167 sièges de l’Assemblée nationale.

L’opposition a accusé le gouvernement de vouloir convoquer des élections sans que les « conditions minimales de transparence » ne soient réunies.

En annonçant mardi que les législatives auraient lieu en décembre, Indira Alfonzo a indiqué que de nouvelles modalités avaient été adoptées. Elle a notamment déclaré que le nombre des sièges de l’Assemblée nationale était porté de 167 à 277, afin de tenir compte de l’accroissement de la population du Venezuela, qui est actuellement d’environ 30 millions d’habitants.

La campagne électorale aura lieu du 21 novembre au 5 décembre, selon un document cité mercredi par Mme Alonzo.

Le CNE, a-t-elle ajouté en référence à l’actuelle épidémie de COVID-19, est en train d’élaborer pour ces élections « des modalités adaptées pour la création de conditions de biosécurité ».

Selon le dernier bilan officiel, le Venezuela compte 5832 cas confirmés de contamination et 51 décès liés à la COVID-19. L’opposition et des organisations comme Human Rights Watch (HRW) expriment des doutes sur la fiabilité des bilans officiels vénézuéliens sur l’épidémie de COVID-19.