La police argentine conduisait jeudi des perquisitions dans des résidences de l'ex-chef de l'État Cristina Kirchner, à la demande d'un juge qui la soupçonne d'être responsable d'un système de corruption durant sa présidence, de 2007 à 2015.

Mis à jour le 23 août 2018
AGENCE FRANCE-PRESSE

Une vingtaine de policiers, dont certains en combinaison blanche, sont entrés dans un immeuble de Recoleta, un quartier chic de Buenos Aires, sous l'oeil de dizaines de journalistes et caméras.

Camionnettes noires de la police alignées dans la rue, cordon de sécurité bloquant l'accès au bâtiment, chiens policiers, pompiers et unités de démineurs : un important déploiement des forces de l'ordre était visible à la mi-journée. L'opération se poursuivait depuis plus de deux heures.

Mme Kirchner, qui a passé la nuit au domicile de sa fille, n'était pas présente dans son appartement, situé au 5e étage de cet immeuble et d'une superficie de 250 mètres carrés environ, a annoncé un de ses avocats Gregorio Dalbon. Il a dénoncé un «cirque», assurant que la police ne trouverait «que les effets personnels» de sa cliente.

Peu après le début de l'opération, un autre de ses défenseurs, Carlos Beraldi, est ressorti furieux de l'immeuble d'avoir été écarté sur ordre du juge Claudio Bonadio, qui a ordonné les perquisitions. Ce dernier n'était pas présent.

«Nous assistons à une farce, c'est une violation caractérisée des principes de l'État de droit. Nous allons demander l'annulation de l'opération. C'est moi qui ai ouvert la porte (...) je vais porter plainte contre le juge», a-t-il déclaré.

Par ailleurs, une deuxième opération de police a eu lieu jeudi afin de réaliser des constatations dans un couvent près de la capitale. C'est là où Julio Lopez, vice-ministre de la Planification de Mme Kirchner de 2003 à 2015, avait été surpris en 2016 en train de dissimuler des sacs contenant neuf millions de dollars en liquide.

Les perquisitions interviennent dans le cadre du scandale des «cahiers de la corruption», qui a révélé des versements de pots-de-vin à l'administration Kirchner par des entreprises du bâtiment et de travaux publics (BTP).

La veille au soir, le Sénat avait partiellement levé l'immunité de Cristina Kirchner, désormais sénatrice, en autorisant ces perquisitions.

Biens saisis

Mme Kirchner bénéficie d'une immunité parlementaire qui l'empêche d'être emprisonnée ou perquisitionnée, mais pas d'être entendue par le juge, mise en examen ou jugée.

Dans la foulée de la session qui a autorisé les perquisitions, les sénateurs ont approuvé jeudi à l'aube un projet de loi qui permet à l'État d'exproprier les biens issus de la corruption.

Ce texte avait déjà été approuvé en 2016 par les députés, mais s'était ensuite enlisé au Sénat durant deux ans.

Il a récemment retrouvé un second souffle dans le cadre du scandale des «Cahiers de la corruption».

Les sénateurs ont modifié le texte des députés qui prévoyait à l'origine que les biens puissent être saisis sur la base de simples soupçons.

La chambre haute a estimé que les biens ne pourraient être expropriés uniquement après une condamnation en première instance. Ils pourraient néanmoins être «saisis temporairement» afin que les accusés ne puissent pas disposer de ces biens durant le processus judiciaire. Dernier point du texte, ces expropriations ne pourront pas être rétroactives.

Le projet de loi amendé devra donc retourner devant les députés.

L'affaire des «Cahiers de la corruption» a été révélée le 1er août, date de la publication du contenu de plusieurs cahiers d'écolier dans lesquels Oscar Centeno, le chauffeur du vice-ministre de la Planification (Travaux publics) Roberto Baratta, notait méticuleusement la date, l'heure, le lieu des remises de sacs d'argent.

Les pots-de-vin versés par des entreprises du secteur du bâtiment et des travaux publics étaient acheminés au domicile de ministres du gouvernement Kirchner, dans un appartement du couple Kirchner ou à la résidence présidentielle d'Olivos, près de Buenos Aires.

Depuis, une vingtaine de patrons de grandes entreprises du bâtiment et de travaux publics (BTP) ont été convoqués par le juge Bonadio. La plupart d'entre eux ont reconnu les faits, accepté de collaborer avec la justice, les autres ont été placés en détention préventive.

Plusieurs membres du gouvernement ou du clan Kirchner ont été emprisonnés, mais c'est la première fois que des chefs d'entreprises influents, dont un cousin de l'actuel président Mauricio Macri, tombent pour avoir versé de l'argent à des politiciens, le procureur Carlos Stornelli évoquant 160 millions de dollars de pots-de-vin.

Photo Marcos Brindicci, Reuters

Cristina Kirchner