Le président bolivien Evo Morales a reconnu être «en campagne» pour solliciter un nouveau mandat lors des élections générales de 2014, alors que ses adversaires, s'appuyant sur la Constitution interdisant trois mandats successifs, s'y opposent.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Selon le Mouvement pour le socialisme (MAS, au pouvoir), il s'agira de la première réélection d'Evo Morales en vertu d'une nouvelle Constitution approuvée en 2009 mais ouvertement contestée par l'opposition.

«Nous sommes déjà en campagne, nous avons fait un pas important en passant de la lutte syndicale à la présidentielle. Nous sommes des hommes politiques, nous faisons de la politique avec honnêteté, dignité, pour le bien de tout le peuple bolivien», a déclaré M. Morales en clôture d'une assemblée régionale de MAS à Cochabamba, dans le centre du pays.

Le premier président d'origine amérindienne de la Bolivie est un allié politique du Vénézuélien Hugo Chavez. Représentants de la gauche radicale latino-américaine, ils entretiennent des relations étroites et leurs deux pays font partie de l'Alliance bolivarienne pour les Amériques (ALBA) fondée par M. Chavez.

Il avait été élu pour un mandat de quatre ans en janvier 2006 et réélu en 2010. La Constitution de 2009 autorise une unique réélection pour un mandat de cinq ans.

Selon ses partisans, M. Morales exerce actuellement son premier mandat au regard de la nouvelle Constitution, et non son second comme l'affirment ses opposants.