Un total de 51 policiers ont été blessés vendredi dans le centre de la Bolivie dans des heurts avec des villageois protestant contre un recensement mené par le gouvernement, qui selon eux débouchera sur la perte de crédits pour leur municipalité, a annoncé la police.

Mis à jour le 16 nov. 2012
AGENCE FRANCE-PRESSE

Dans la localité de Colomi, un groupe de policiers a été attaqué à coups de pierres et de bâtons «par une foule d'habitants en colère. Une camionnette a été incendiée, une autre renversée. On dénombre 51 blessés plus ou moins graves (parmi les policiers), dont des officiers», a déclaré le chef de la police du département de Cochabamba (centre), le colonel Erwin Montaño, à la chaîne de télévision privée ATB.

Quelque 200 policiers avaient été déployés dans cette municipalité dont des habitants ont installé depuis jeudi des barrages sur la route stratégique entre Cochabamba et Santa Cruz, qui relie l'ouest à l'est du pays, selon le policier.

Les habitants de Colomi, une ville de quelque 16 000 habitants, craignent que le recensement de la population prévu à partir du 21 novembre entérine la perte d'une partie de leur municipalité au profit de la localité voisine de Villa Tunari. Selon eux, une nouvelle démarcation prévue par l'Institut national de statistiques (INE) ferait perdre à Colomi deux quartiers, grevant d'autant les subsides de l'État à cette localité.

Sur l'antenne de la télévision d'État, le vice-ministre de l'Intérieur Jorge Perez s'est contenté de déplorer vendredi la poursuite des barrages routiers qui pénalisent une partie de l'activité économique du pays.