Publié le 13 déc. 2016
Richard Hétu

La vidéo qui coiffe ce billet rappelle un moment mémorable de la course à l'investiture républicaine pour l'élection présidentielle de 2012. Lors d'un débat, Rick Perry, alors gouverneur du Texas, avait commencé à énumérer les trois ministères qu'il entendait abolir s'il était élu à la Maison-Blanche. Il en a nommé deux - l'Éducation et le Commerce - avant d'avouer ne pas se souvenir du troisième.

Il s'agissait de l'Énergie, dont Donald Trump a choisi de lui confier les rênes. Perry s'ajoute ainsi à la liste des membres éventuels de l'administration Trump qui s'opposent à la mission du ministère pour lequel ils ont été nommés. Ça ne s'invente pas.

Le secrétaire de l'Énergie est responsable de la politique énergétique et de la sûreté nucléaire des États-Unis. À noter que le département a refusé une demande de l'équipe de Trump de lui fournir une liste de ses employés et sous-traitants qui ont planché sur le dossier des changements climatiques au cours des dernières années.