Mick Mulvaney est l'objet de nombreuses critiques cette semaine. Son budget 2018, aussi austère ou cruel soit-il, n'est pas vraiment pris au sérieux, surtout qu'il contient une erreur mathématique de 2 000 milliards de dollars.

Publié le 24 mai 2017
Richard Hétu

Le directeur du Budget et de la Gestion de la Maison-Blanche est également critiqué à la suite de son refus de se plier à une demande du directeur du Bureau d'éthique du gouvernement, Walter Shaub. Ce dernier veut obtenir les noms des anciens lobbyistes qui ont reçu des dispenses pour pouvoir travailler dans des agences gouvernementales ou à la Maison-Blanche.

Donald Trump a signé un décret en janvier épousant une règle de l'administration Obama selon laquelle un lobbyiste ou un avocat doit attendre deux ans avant de pouvoir travailler dans une agence qui s'intéresse au champ d'activités de ses clients ou employeurs les plus récents. Le président Obama a accordé des dispenses à une poignée d'anciens lobbyistes en les identifiant et en expliquant pourquoi ces exceptions étaient nécessaires.

Or, Trump a accordé des dispenses par dizaines et, selon cet article du New York Times, refuse de les identifier. C'est du moins ce que Mulvaney a fait savoir à Shaub en l'exhortant à retirer sa demande. Demande que ce dernier a refusée dans une lettre de dix pages distribuée dans tous les agences concernées et aux parlementaires intéressés.

«La confiance du public dans l'intégrité des prises de décision au sein du gouvernement exige» que les anciens lobbyistes soient identifiés, a fait valoir le directeur du Bureau d'éthique du gouvernement, un organe indépendant créé dans la foulée du scandale du Watergate.



Drain the swamp?