Au moins 14 personnes sont mortes depuis jeudi soir dans le sud de la Somalie dans des combats entre miliciens de clans rivaux à propos d'un différend foncier, ont rapporté vendredi des chefs coutumiers et des témoins.

Mis à jour le 18 juill. 2008

Les combats ont éclaté jeudi soir entre les clans Huber et Shekal dans les villages de Juriya et Baqdad, dans la région de Kismayo, à environ 500 km au sud de la capitale Mogadiscio.

«Les affrontements ont fait 14 morts jusqu'à présent, dont une majorité de miliciens et quelques civils qui ont été pris dans la fusillade», a rapporté à l'AFP par téléphone Haji Adan Moalim Shure, un chef coutumier de Kismayo.

«Le nombre de personnes qui ont succombé dans ces combats est de 14, et plusieurs autres ont également été blessées», a rapporté un autre chef coutumier, Shire Moalim Doyow.

La violence entre clans rivaux, notamment pour l'accès aux ressources naturelles (eau, pâturages) est commune en Somalie, pays très pauvre de la Corne de l'Afrique en guerre civile depuis 1991.

Dans un incident séparé, trois civils, dont deux étaient chargés d'assister des déplacés de guerre dans un camp à l'extérieur de Mogadiscio, ont été tués jeudi soir dans ce camp par des assaillants non identifiés, ont rapporté à l'AFP vendredi des chefs coutumiers.

Le Programme alimentaire mondial des Nations unies (PAM) a averti vendredi que les assassinats de travailleurs humanitaires en Somalie et les menaces planant sur l'approvisionnement en nourriture mettaient en péril les vies de millions de Somaliens menacés par la famine.

«Si une quantité suffisante de nourriture et d'aide humanitaire ne peut être fournie dans les mois qui viennent, certaines parties du pays pourraient bien subir une catastrophe semblable à la famine de 1992-1993», qui avait coûté la vie à des centaines de milliers de personnes, a prévenu Peter Goossens, directeur du PAM pour la Somalie, lors d'une conférence de presse à Londres.