(New York) La Bourse de New York a terminé en hausse mardi, espérant des avancées dans les négociations au Congrès autour d’un nouveau plan d’aide aux entreprises et aux foyers américains frappés par la crise liée au coronavirus. La Bourse de Toronto a aussi clôturé en hausse, soutenue par une hausse des cours des matières premières dans la foulée d’une explosion mortelle survenue à Beyrouth, au Liban.

Agence France-Presse et La Presse canadienne

Le Dow Jones Industrial Average, a pris 0,62 % à 26 828,47 points, enchaînant une troisième séance consécutive de hausse.

Le NASDAQ est monté de 0,35 % à 10 941,17 points, atteignant son 30e record de l’année.

L’indice élargi S&P 500 a lui gagné 0,36 % à 3306,51 points.

L’indice composé S&P/TSX du parquet torontois a pris 198,83 points pour terminer la séance à 16 368,03 points. Il s’agissait de la première séance d’août pour le TSX, qui était fermé lundi à l’occasion d’une journée fériée dans plusieurs provinces canadiennes, dont l’Ontario.

« Il semble que les choses commencent à progresser à Washington en vue d’un accord sur un plan de relance », indique Peter Cardillo, responsable de la stratégie marché chez Spartan Capital Securities.

Républicains et démocrates américains poursuivaient mardi leurs discussions pour trouver un accord sur une nouvelle aide pour les millions d’Américains au chômage à cause de la COVID-19, mais aussi pour les entreprises en difficulté et les collectivités locales.

La présidente démocrate de la Chambre des Représentants, Nancy Pelosi, et le chef des Démocrates au Sénat, Chuck Schumer, s’entretenaient dans l’après-midi avec de hauts responsables de la Maison-Blanche, dont le Secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin.

Face à l’impasse des négociations, Donald Trump avait dit lundi en fin de journée envisager d’agir sans attendre le Congrès, par décret, pour empêcher les expulsions de locataires et alléger les charges salariales.

Les grandes valeurs technologiques, qui ont tiré vers le haut la Bourse new-yorkaise ces dernières semaines, entraînant le NASDAQ à de nouveaux sommets, ont connu mardi une séance mitigée.

Amazon (+0,87 %), Apple (+0,67 %) et Netflix (+2,21 %) ont gagné du terrain, tandis que Facebook (-0,85 %), la maison mère de Google, Alphabet (-0,64 %) et surtout Microsoft (-1,50 %) ont reculé.

Le titre de Microsoft a pâti de la confusion autour du possible rachat par le géant informatique du réseau social TikTok, propriété du groupe chinois ByteDance.

Initialement opposé à une acquisition par un groupe américain et menaçant de bannir la plateforme aux États-Unis, Donald Trump s’est finalement déclaré favorable à une transaction, mais a exigé qu’une partie de la somme revienne au Trésor, assurant que ce dernier « rendait possible » la vente.

Kodak dans le viseur de la SEC

Au rang des valeurs, le titre de Ford a progressé de 2,54 % après l’annonce du départ de son directeur général Jim Hackett, qui sera remplacé en octobre par l’actuel directeur des opérations, Jim Farley. L’action de Ford a perdu environ la moitié de sa valeur depuis 2015 et plus de 25 % depuis le début de l’année, le groupe tâchant de se repositionner pour répondre à la demande pour les véhicules autonomes et pour les plus gros modèles.

AIG a chuté de 7,53 %. L’assureur américain a indiqué lundi après la clôture avoir été affecté au deuxième trimestre par la pandémie et les manifestations contre le racisme ainsi que par des placements financiers moins juteux, mais il a assuré que l’impact de la COVID-19 sur ses activités restait « gérable ».

La marque de vêtements Ralph Lauren a vu son titre baisser de 4,36 % après avoir fait part de résultats trimestriels décevants, en raison de la chute de ses ventes en magasins du fait de la pandémie. L’entreprise a suspendu ses perspectives financières pour le reste de l’année.

Kodak a perdu 3,61 %. Selon le Wall Street Journal, le gendarme de la Bourse américaine, la SEC, a ouvert une enquête sur le prêt fédéral de 765 millions de dollars accordé au groupe, censé permettre au spécialiste de la photographie de se lancer dans la confection d’ingrédients pharmaceutiques. La SEC étudierait notamment la façon dont Kodak a rendu public ce prêt, dont l’annonce avait fait flamber l’action.

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette américaine reculait à 0,5085 % vers 20 h 50 GMT contre 0,5543 % lundi soir.