Au moins 30 morts dans des bombardements à Marioupol

Le président ukrainien Petro Porochenko a dénoncé un... (Photo Oleksandr Klymenko, Reuters)

Agrandir

Le président ukrainien Petro Porochenko a dénoncé un «acte terroriste» et un «crime contre l'humanité» et promis que son pays allait se battre jusqu'à la «victoire totale» contre les séparatistes.

Photo Oleksandr Klymenko, Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Ukraine
Ukraine

Née en novembre de la volte-face du pouvoir, qui a renoncé à un rapprochement avec l'UE pour signer un accord avec Moscou, la contestation ukrainienne s'est depuis muée en révolte contre le président Ianoukovitch. Une crise qui plonge l'Ukraine au bord de la guerre civile, alors que les affrontements entre opposants et forces de l'ordre ont fait des dizaines de morts et des centaines de blessés. »

Oleksandr STACHEVSKIY, Oleksandr SAVOCHENKO, Olga NEDBAEVA
Agence France-Presse
Marioupol et Kiev

Les séparatistes prorusses ont annoncé avoir lancé une offensive contre le port stratégique de Marioupol où 30 civils au moins ont péri, contraignant le président ukrainien à convoquer en urgence le Conseil de sécurité nationale dimanche alors que la pression internationale monte contre Moscou, accusé de soutenir les rebelles.

L'attaque sanglante marque un tournant psychologique dans le... (PHOTO NIKOLAI RYABCHENKO, REUTERS) - image 1.0

Agrandir

L'attaque sanglante marque un tournant psychologique dans le conflit qui a fait plus de 5000 morts en neuf mois.

PHOTO NIKOLAI RYABCHENKO, REUTERS

«L'offensive sur Marioupol a débuté aujourd'hui», a déclaré le dirigeant de la république autoproclamée de Donetsk, Alexandre Zakhartchenko, tout en assurant qu'il n'y aurait «pas d'assaut».

La conquête de cette ville industrielle d'un demi-million d'habitants, dernière grande ville de l'Est ukrainien sous contrôle de Kiev, créerait un pont terrestre entre la Russie et la Crimée, annexée en mars mais très dépendante de Kiev pour ses approvisionnements en eau, électricité et produits alimentaires.

M. Zakhartchenko a nié la responsabilité des rebelles dans les bombardements au lance-roquettes samedi matin dans un quartier densément peuplé en accusant les forces de Kiev.

Mais, après analyse des impacts, des observateurs de l'OSCE ont conclu que les roquettes provenaient de deux localités contrôlées par les séparatistes. Elles sont tombées à 400 mètres d'un barrage de l'armée ukrainienne, selon eux.

Porochenko convoque son Conseil de sécurité

Le président ukrainien Petro Porochenko a dénoncé un «acte terroriste» et un «crime contre l'humanité» et promis que son pays allait se battre jusqu'à la «victoire totale» contre les séparatistes. Il a écourté sa visite en Arabie Saoudite, pour les obsèques du roi Abdallah, pour présider dimanche une réunion extraordinaire du Conseil de sécurité nationale et de défense.

Celle-ci est convoquée «pour mettre en oeuvre des mesures supplémentaires compte tenu d'une brusque dégradation de la situation dans l'Est», selon la présidence.

Selon la représentante de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, cette escalade va «inévitablement provoquer une grave détérioration des relations entre l'UE et la Russie», déjà lourdement frappée par les sanctions européennes et américaines, Moscou démentant toute implication dans le conflit.

Selon des sources de l'UE, les chefs de la diplomatie des 28 pourraient être convoqués dans la semaine à Bruxelles sur le dossier ukrainien. La Lettonie, présidente en exercice de l'UE, a réclamé de nouvelles sanctions contre la Russie «pleinement responsable de l'attaque des séparatistes contre Marioupol», dans un tweet du chef de la diplomatie Edgars Rinkevics.

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a demandé à Moscou de «mettre fin immédiatement» à son soutien aux séparatistes, tandis que le vice-président Joe Biden s'est entretenu samedi avec le président ukrainien, les deux hommes blâmant la Russie pour ne pas se conformer aux engagements des accords de paix de Minsk en septembre, selon un communiqué.

Le ministre allemand des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, a de son côté jugé  «très dangereuse» l'escalade en Ukraine. Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a «condamné fermement» les bombardements, de même que l'OSCE et l'OTAN.

À Kiev, le premier ministre Arseni Iatseniouk a exigé la convocation d'une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU.

Escalade du conflit

Dès samedi soir, les 15 pays du Conseil ont tenté en vain de mettre au point une déclaration sur Marioupol, à l'initiative de Londres. Mais la Russie a bloqué cette initiative, selon des diplomates occidentaux.

La mission russe à l'ONU a de son côté rejeté la responsabilité du blocage sur le Royaume-Uni. Celui-ci, a-t-elle expliqué, «a insisté pour condamner certaines des déclarations des forces d'autodéfense» (séparatistes prorusses), alors que «les membres occidentaux du Conseil pendant tout le conflit ont refusé de condamner les déclarations et actions souvent très agressives de Kiev».

L'attaque survenue quelques jours après l'abandon par l'armée ukrainienne de l'aéroport de Donetsk, site hautement symbolique, marque un tournant dans le conflit qui a fait plus de 5000 morts en neuf mois.

«Un obus a explosé près de ma maison, un obus a touché la maison de ma copine», a témoigné à l'AFP un habitant de Marioupol où le bilan provisoire s'élève à 30 morts selon la mairie.

Un journaliste de l'AFP a vu trois maisons détruites et des vitres brisées dans trois immeubles de neuf étages par une onde de choc. L'asphalte était jonché de verre et de débris, plusieurs voitures ont entièrement brûlé.

«C'est une nouvelle étape dans l'escalade du conflit. Le but de cette attaque est de discréditer le pouvoir ukrainien et provoquer des protestations dans des villes proches du front», selon Oleksiï Melnik, analyste du centre indépendant Razoumkov.

Pour Olexandre Souchko, directeur de l'Institut de la coopération euroatlantique, Marioupol, qui abrite deux des principales usines métallurgiques ukrainiennes et par où passent la plupart des importations et exportations régionales, «a une importance stratégique». «Le Kremlin envoie ainsi un message à l'Ukraine et à la communauté internationale que la ligne du front pourrait bouger si Kiev ne faisait pas de concession», ajoute-t-il.

Selon le ministre de la Défense Stepan Poltorak, les rebelles déploient autour de Marioupol des lance-roquettes multiples et la présence militaire ukrainienne a été renforcée.

Le secrétaire du Conseil de sécurité nationale et de défense Olexandre Tourtchinov a de son côté rendu le président russe Vladimir Poutine «personnellement responsable» de l'escalade du conflit. Kiev dénonce depuis le début de la semaine l'entrée de bataillons russes en Ukraine.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer