Al Gore: «Je suis la preuve que votre voix compte»

L'ancienne Première dame a chaleureusement accueilli Al Gore,... (AFP)

Agrandir

L'ancienne Première dame a chaleureusement accueilli Al Gore, avec lequel les relations étaient plutôt froides durant la présidence de son mari.

AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Maison-Blanche 2016

International

Maison-Blanche 2016

Qui succédera à Barack Obama ? Consultez notre dossier sur l'élection présidentielle américaine de 2016. »

Ivan Couronne
Agence France-Presse
Miami

Al Gore, le candidat malheureux à la présidentielle américaine de 2000, a lancé un avertissement aux éventuels abstentionnistes du prochain scrutin: «Votre voix compte vraiment, vraiment, vraiment».

«J'en suis la preuve vivante», a plaisanté l'ancien vice-président de Bill Clinton, lors d'une réunion publique à Miami, en Floride, en compagnie d'Hillary Clinton.

«Croyez-moi, c'était une élection très serrée», a-t-il expliqué, s'adressant aux électeurs qui ne se souviendraient pas de l'imbroglio électoral de 2000.

Le soir de cette élection, aucun vainqueur n'a pu être déclaré en raison de résultats trop serrés en Floride. Ce n'est que 35 jours plus tard que la Cour suprême a déclaré le républicain George W. Bush vainqueur, à la fin d'une guérilla judiciaire qui reste comme un traumatisme national.

«Tu as gagné! Tu as gagné!», ont d'ailleurs scandé les partisans démocrates rassemblés sur le campus de l'université Miami-Dade College.

«Si vous ne voulez pas, dans quelques années, accueillir Hillary Clinton en lui disant: en fait vous avez gagné...», a-t-il poursuivi, passant directement à la conclusion: «les élections ont des conséquences. Votre voix compte. Votre voix a des conséquences».

L'ancienne Première dame a chaleureusement accueilli Al Gore, avec lequel les relations étaient plutôt froides durant la présidence de son mari (1993-2001) et les années suivantes.

Lui-même, reconverti en champion de la lutte contre le changement climatique, n'a apporté son soutien à Hillary Clinton cette année qu'au dernier moment, cet été, et il ne s'est pas rendu à la convention démocrate.

Mais à quatre semaines exactement de l'élection présidentielle, Al Gore a accepté l'invitation de l'équipe Clinton dans le but d'alerter de l'urgence sur le climat, et de mobiliser les électeurs qui seraient tentés de ne pas voter le 8 novembre ou de voter pour un candidat tiers comme le libertarien Gary Johnson.

«Si vous pensez que votre voix ne compte pas, regardez-moi: votre voix peut faire toute la différence dans cette élection», a martelé Al Gore.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer