La France «va intensifier» ses frappes contre l'EI

Des Rafale armés de bombes ont été catapultés... (PHOTO ANNE-CHRISTINE POUJOULAT, AFP)

Agrandir

Des Rafale armés de bombes ont été catapultés dans la matinée du pont d'envol du Charles-de-Gaulle, dans un rugissement de moteurs, a constaté une journaliste de l'AFP.

PHOTO ANNE-CHRISTINE POUJOULAT, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EI ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Agence France-Presse
À BORD DU PORTE-AVIONS CHARLES-DE-GAULLE

Des chasseurs-bombardiers basés sur le porte-avions français Charles-de-Gaulle ont frappé lundi le groupe armé État islamique (EI) en Irak pour la première fois depuis le déploiement du navire en Méditerranée orientale, a annoncé le chef d'état-major des armées.

«Nous avons frappé à Ramadi et à Mossoul en appui au sol de forces locales qui étaient en progression contre des troupes de DAECH (acronyme de l'EI en arabe)», a déclaré le général Pierre de Villiers à bord du porte-avions.

Des chasseurs français ont décollé lundi du porte-avions français Charles-de-Gaulle, en Méditerranée orientale, pour des missions au-dessus des zones contrôlées par le groupe armé État islamique (EI) en Irak et Syrie.

«Nous allons intensifier nos frappes, nous allons choisir des cibles qui feront le plus de dégâts possible à cette armée terroriste», avait déclaré dans la matinée le président français François Hollande.

Des Rafale armés de bombes ont été catapultés dans la matinée du pont d'envol du Charles-de-Gaulle, dans un rugissement de moteurs, a constaté une journaliste de l'AFP.

Au signal du chef de piste, ils sont passés en 2,5 secondes de 0 à 250 km/h, propulsés par un mégapiston, avant de prendre leur envol sur 75 mètres, là où il leur en faudrait plus de 1600 à terre.

Les 26 chasseurs embarqués triplent la capacité de frappes française dans la région, en s'ajoutant aux 12 appareils stationnés aux Émirats arabes unis et en Jordanie (respectivement six Rafale et six Mirage 2000).

Selon une source militaire française, les chasseurs du Charles-de-Gaulle - Rafale et Super Étendard - devraient rester hors de portée des défenses anti-aériennes syriennes en passant par la Turquie au nord ou par la Jordanie au sud.

Côté aérien, la coordination pour éviter tout incident avec les Russes, présents militairement dans le nord-ouest de la Syrie, passe par le quartier général de la coalition conduite par les États-Unis au Qatar.

Côté maritime, les états-majors français et russe ont commencé en fin de semaine dernière à échanger des informations, le porte-avions intervenant dans une zone où la flotte russe est très présente, au large de la Syrie.

Après l'explosion récente d'un avion de ligne russe, revendiqué par l'EI, le président russe avait ordonné à ses chasseurs de bombarder l'organisation en Syrie et à sa Marine de travailler avec les Français comme «avec des alliés».

Après sa mission en Méditerranée, à l'échéance non communiquée à ce jour, le Charles-de-Gaulle poursuivra sa route vers le Golfe où il doit relever un porte-avions américain.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer