Le sort de Djokhar Tsarnaev entre les mains du jury

Les avocats de Tsarnaev ont déjà admis qu'il... (ILLUSTRATION JANE FLAVELL COLLINS, ARCHIVES AP)

Agrandir

Les avocats de Tsarnaev ont déjà admis qu'il a participé à l'attentat, mais ils tentent de lui épargner la peine de mort en affirmant que son frère aîné, Tamerlan, était en réalité le cerveau de toute l'affaire.

ILLUSTRATION JANE FLAVELL COLLINS, ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Attentats de Boston

International

Attentats de Boston

Le fil d'arrivée du 117e marathon de Boston s'est rapidement transformé, lundi après-midi, en une véritable scène d'horreur. Vers 14h50, deux bombes ont explosé à deux endroits différents rue Boylston. Trois personnes sont mortes, dont un garçon de 8 ans. Selon un bilan provisoire, au moins 170 personnes, coureurs et spectateurs, ont été blessées, dont certaines gravement. »

Agence France-Presse
BOSTON

Les 12 jurés au procès des attentats de Boston, dans le nord-est des États-Unis, ont commencé à délibérer mardi matin pour décider si l'unique accusé, Djokhar Tsarnaev, est coupable ou non de ces attaques qui avaient tué trois personnes en 2013.

Djokhar Tsarnaev, 21 ans, jeune musulman d'origine tchétchène, risque la peine de mort pour ces attentats qui avaient fait trois morts et 264 blessés le 15 avril 2013 lors du marathon de Boston, le pire acte de terrorisme aux États-Unis depuis le 11-Septembre.

Durant tout le procès, l'accusation s'est attachée à décrire le jeune homme, citoyen américain depuis 2012, comme un «terroriste» au sang-froid qui voulait «punir l'Amérique pour ce qu'elle faisait à son peuple, et c'est ce qu'il a fait», comme l'a asséné lundi le procureur adjoint Aloke Chakravarty.

Les avocats de Djokhar Tsarnaev reconnaissent, eux, que leur client a bien posé l'une des deux bombes le 15 avril 2013, mais ont tenté d'expliquer qu'il était sous l'emprise de son frère aîné, Tamerlan, tué trois jours après les attentats lors d'une confrontation armée avec la police.

Les jurés devront décider de la culpabilité de Djokhar Tsarnaev pour chacun des 30 chefs d'accusation retenus contre lui. Dix-sept de ces chefs d'accusation sont passibles de la peine de mort, dont «utilisation d'une arme de destruction massive».

Le verdict de culpabilité est quasi certain, en raison des très nombreux éléments à charge.

Après le verdict commencera la seconde phase du procès pour le prononcé de la peine, avec nouveaux témoignages et nouvelles délibérations.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer