Minute de silence et Marseillaise à l'Assemblée nationale française

Il semble que ce soit la première fois,... (PHOTO TIRÉE DE TWITTER)

Agrandir

Il semble que ce soit la première fois, depuis 1958, que tout l'hémicycle entonne La Marseillaise, selon une source parlementaire.

PHOTO TIRÉE DE TWITTER

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Attentats à Paris

International

Attentats à Paris

Le siège parisien du journal satirique français «Charlie Hebdo» a été la cible d'un attentat terroriste sanglant ayant coûté la vie à au moins 12 personnes dont son directeur de rédaction et dessinateur emblématique Charb et ses trois autres caricaturistes vedettes: Cabu, Wolinski et Tignous. Le pire attentat en sol français depuis 50 ans. Cet attentat a été suivi par deux attaques qui seraient vraisemblablement liées au carnage chez «Charlie Hebdo». »

Agence France-Presse
PARIS

Les députés et ministres français ont observé une minute de silence mardi à l'Assemblée nationale en hommage aux 17 victimes des attentats la semaine dernière qui ont bouleversé le pays, avant d'entonner, fait inédit, l'hymne national La Marseillaise, dans un hémicycle plein.

Il était déjà arrivé qu'une partie des députés chantent La Marseillaise en signe de protestation lors d'un débat houleux, mais, au moins depuis 1958, il semble que ce soit la première fois que tout l'hémicycle l'entonne, et en tout cas jamais après une minute de silence, selon une source parlementaire.

«L'État républicain sera le glaive levé contre ceux qui défient ce que nous sommes et ce que nous entendons perpétuer : cet art de France du vivre ensemble. Et cela vaut aussi en Europe où notre pays se doit de porter l'étendard de la lutte pour la liberté», a déclaré le président socialiste de l'Assemblée Claude Bartolone avant l'hommage solennel dans l'hémicycle.

Après avoir salué le peuple qui, dimanche, «dans les rues des villes et des villages de France, coeur gros et tête haute, a montré aux barbares du monde entier que la République demeurait debout», le président de l'Assemblée a vu dans «ce désir de résistance» aussi «une renaissance».

Dimanche, au moins 3,7 millions de Français ont marché en France contre le terrorisme et pour la liberté, une mobilisation sans précédent.

Plus tôt, lors d'une cérémonie, le président François Hollande a assuré que la France ne «cèderait jamais» à la «menace» terroriste toujours présente après les attentats de Paris.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer