Amedy Coulibaly, un multirécidiviste devenu djihadiste

Amedy Coulibaly... (PHOTO AP/PRÉFECTURE DE PARIS)

Agrandir

Amedy Coulibaly

PHOTO AP/PRÉFECTURE DE PARIS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Attentats à Paris

International

Attentats à Paris

Le siège parisien du journal satirique français «Charlie Hebdo» a été la cible d'un attentat terroriste sanglant ayant coûté la vie à au moins 12 personnes dont son directeur de rédaction et dessinateur emblématique Charb et ses trois autres caricaturistes vedettes: Cabu, Wolinski et Tignous. Le pire attentat en sol français depuis 50 ans. Cet attentat a été suivi par deux attaques qui seraient vraisemblablement liées au carnage chez «Charlie Hebdo». »

Sylvie MALIGORNE
Agence France-Presse
PARIS

Amedy Coulibaly, soupçonné d'être l'auteur de la fusillade de Montrouge et le preneur d'otages de Vincennes tué vendredi, était un délinquant condamné à de multiples reprises avant de basculer dans l'islam radical en prison au contact de Djamel Beghal, figure française de ce radicalisme.

De petite taille, Amedy Coulibaly, 32 ans, a entamé un périple de délinquant en 2000. Sa première condamnation intervient en 2001 (3 ans de prison dont deux assortis de sursis mise à l'épreuve pour vol aggravé). Ensuite, ce n'est qu'une succession de peines pour vol, vol aggravé, cession et détention de stupéfiants...

Il n'apparaît dans un dossier d'islam radical qu'en 2010: le projet d'évasion de Smaïn Aït Ali Belkacem, ancien membre du Groupe islamique armé algérien (GIA), condamné en 2002 à la réclusion criminelle à perpétuité pour avoir commis l'attentat à la station RER Musée d'Orsay en octobre 1995 à Paris (30 blessés).

Condamné en 2013 à 5 ans de prison pour sa participation à ce projet d'évasion - 240 cartouches de kalachnikov avaient été retrouvées chez lui lors de son arrestation -, il est sorti il y a peu de prison. En détention provisoire depuis mai 2010, il n'avait pas fait appel de sa condamnation.

Le 4 mars 2014, il avait été placé en surveillance électronique de fin de peine (sefip, sous bracelet), jusqu'au 15 mai 2014. À part un passage en commission de discipline au début de sa détention pour possession de téléphone portable, sa détention n'avait donné lieu à aucun incident, a-t-on appris auprès de la Chancellerie.

Fascination pour Beghal

C'est au cours d'un séjour en prison qu'il rencontre Chérif Kouachi, tué avec son frère Saïd vendredi par le GIGN en Seine-et-Marne lors de la traque menée après l'attentat contre Charlie Hebdo. Il y rencontre aussi Djamel Beghal, figure de l'islam radical.

Comme Chérif Kouachi, il «paraissait avoir une certaine fascination pour Djamel Beghal et semblait manquer singulièrement envers lui de recul et de sens critique». «Il semblait subjugué par ce que disait Beghal», rapportait une source proche du dossier lors de l'affaire du projet d'évasion.

Même fascination donc pour Beghal que Chérif Kouachi. Avec Kouachi, Coulibaly rend visite à Beghal à Murat (Cantal) où ce dernier était en résidence surveillée. Pour Coulibaly, quatre visites sont recensées entre le 1er janvier 2010 et son arrestation en mai 2010.

Né à Juvisy-sur-Orge (Essonne), celui que l'on surnommait «Doly» ou «le frère de Grigny» vivait à Fontenay-au-Roses (Hauts-de-Seine) avec «sa copine qu'il a depuis plusieurs années», a raconté à l'AFP une de ses soeurs accourue dans le quartier difficile de la Grande Borne à Grigny en apprenant la perquisition intervenue dans l'appartement de leur mère et de leur plus jeune soeur. Ces deux dernières ont été interpellées.

Amedy Coulibaly est le septième d'une fratrie de dix enfants dont il est le seul garçon.

Hayat Boumedienne, 26 ans, la jeune femme dont la police a diffusé un avis de recherche avec celui d'Amedy Coulibaly, était présentée lors de l'enquête sur le projet d'évasion comme sa compagne, épousée religieusement et non civilement.

Les trois soeurs de Coulibaly rencontrées vendredi à Grigny par un journaliste de l'AFP, dont aucune ne porte le voile, ne le décrivent pas comme un radical.  «Il n'est pas comme ça», s'insurge l'une d'elles, qui le présente comme modéré. «Je sais qu'il faisait la prière, le ramadan et un peu plus», dit une autre.

«Il a fait sa vie en prison, moi ma vie à travailler», souffle une autre.

Titulaire d'un BEP-conseil en audiovisuel électronique, il a travaillé en contrat de professionnalisation pendant 10 mois à l'usine Coca Cola de Grigny comme opérateur de production entre 2008 et 2009 puis y a eu plusieurs missions d'intérim jusqu'en mai 2010.

En juillet 2009, avec neuf autres jeunes en contrat de professionnalisation, il est reçu à l'Élysée par le président de la République d'alors, Nicolas Sarkozy.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer