L'Arizona encourage le profilage racial

Des immigrants illégaux, les mains liées, escortés par... (Photo AP)

Agrandir

Des immigrants illégaux, les mains liées, escortés par la police, à Phoenix, Arizona.

Photo AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'État adopte une loi controversée sur l'immigration illégale. Les citoyens à la peau foncée et aux traits latinos risquent d'être arrêtés et détenus en Arizona s'ils n'ont pas sur eux des papiers d'identité en règle.

Une nouvelle loi, adoptée cette semaine, permet aux policiers d'interpeller toute personne soupçonnée d'être un immigrant illégal - une première au pays.

Jusqu'ici, la tâche de faire respecter les lois sur l'immigration incombait aux agents fédéraux. Les policiers pouvaient appréhender un immigrant illégal seulement si celui-ci était soupçonné d'avoir commis un crime.

La loi est une victoire pour les groupes anti-immigration qui demandent depuis longtemps un durcissement des mesures pour contrer l'immigration illégale en Arizona. Selon ses détracteurs, la nouvelle législation met en place un «État policier» et encourage le profilage racial.

«L'Arizona est sur le point de mettre en place la loi anti-immigration la plus rigide jamais vue dans ce pays depuis des générations, a dit Chris Newman, directeur de l'Association nationale des travailleurs journaliers. Cette loi est anticonstitutionnelle, malavisée et révoltante. L'Arizona est devenu un laboratoire pour les expérimentations en matière de loi anti-immigration au pays.

L'association des chefs de police de l'Arizona s'est prononcée contre la loi, affirmant qu'elle brisera le lien de confiance entre les policiers et les immigrants. Les agents craignent que des immigrants témoins d'un crime ou d'un accident ne décident de prendre la fuite plutôt que de collaborer avec les autorités.

David A. Selden, avocat spécialisé en immigration, signale que la loi aura surtout pour effet d'enrichir des avocats. «Cette loi est une grande subvention pour les avocats anti-immigration, a-t-il dit dans une sortie publique remarquée. Elle va accorder des fonds publics aux avocats, qui pourront poursuivre les conseillers municipaux, les fonctionnaires, les employés de la librairie, quiconque soupçonné de ne pas rapporter aux autorités la présence d'immigrants illégaux.»

Le projet de loi est revenu à l'avant-plan le mois dernier, après le meurtre du propriétaire de ranch Robert Krentz, trouvé sur ses terres, près de la frontière mexicaine.

La loi a été adoptée par les 35 républicains de la Chambre des représentants, tandis que les 21 démocrates ont voté contre. Des manifestants pour et contre la réforme ont bruyamment manifesté à l'extérieur du Capitole, à Phoenix.

Plus engagés

Des projets de loi semblables sont proposés depuis des années en Arizona, mais l'idée n'était jamais bien loin. Or, avec les primaires républicaines prévues pour le mois d'août, les candidats sont plus engagés cette année.

La loi doit être approuvée par la gouverneure républicaine de l'État, Jan Brewer, qui a le pouvoir d'y imposer son veto. Les partisans comme les opposants estiment que la gouverneure donnera son imprimatur à la nouvelle législation.

De 15 à 20 millions d'immigrants illégaux - des Latinos pour la plupart - se trouvent en sol américain. Ils font des travaux difficiles ou peu valorisants, comme laver la vaisselle ou récolter les légumes dans les champs.

Barack Obama a promis de s'attaquer à la réforme de la loi fédérale sur l'immigration dans les prochains mois. Le président a déclaré que l'expulsion des immigrants illégaux n'était pas une avenue envisageable.

Photo Ross d. Franklyn, associated press

Deux immigrants illégaux escortés par les autorités à Phoenix. L'Arizona vient de donner des pouvoirs exceptionnels aux policiers pour interpeller toute personne à la peau foncée et aux traits latinos.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer