Venezuela: l'Argentine critique la menace militaire de Trump

«La voie (à suivre) n'est pas (celle de)... (Photo JUAN MABROMATA, AFP)

Agrandir

«La voie (à suivre) n'est pas (celle de) l'utilisation de la force», a déclaré le président argentin Mauricio Macri au cours d'une conférence de presse à Buenos Aires en compagnie du vice-président américain, Mike Pence.

Photo JUAN MABROMATA, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
BUENOS AIRES

L'Argentine a transmis mardi au vice-président américain Mike Pence, en visite dans ce pays, son rejet de la menace militaire brandie par Donald Trump pour régler la crise vénézuélienne, une option qui a soulevé un tollé en Amérique latine.

«La voie (à suivre) n'est pas (celle de) l'utilisation de la force», a déclaré le président argentin Mauricio Macri au cours d'une conférence de presse à Buenos Aires en compagnie de M. Pence.

Le Brésil, la Colombie, le Pérou, le Chili, le Mexique, l'Équateur et le Nicaragua avaient tous rejeté samedi la perspective d'un recours à la force, au lendemain de déclarations du président américain évoquant une possible «option militaire» à propos de la situation au Venezuela, où les manifestations ont fait 125 morts en quatre mois.

De son côté, M. Pence a assuré que la solution devait être pacifique et impliquait le renforcement des  pressions diplomatiques et économiques.

«Les États-Unis ne resteront pas les bras croisés face à ce qui se passe au Venezuela», a-t-il prévenu.

«Il faut accentuer la pression diplomatique et économique sur le régime de (Nicolas) Maduro» afin de rétablir la démocratie par des «moyens pacifiques».

La crise au Venezuela est «une tragédie», a-t-il ajouté dans la capitale argentine, deuxième étape d'une tournée en Amérique latine entamée en Colombie, déplorant que «le Venezuela souffre d'une tyrannie. Les Vénézuéliens se meurent».

M. Pence a regretté le nombre croissant de réfugiés vénézuéliens, notamment en Colombie voisine.

En réaction aux paroles de Donald Trump, le président Maduro, qui dénonce un complot des États-Unis pour le renverser, a mobilisé lundi des milliers de ses partisans et ordonné des manoeuvres de l'armée dans tout le Venezuela, les 26 et 27 août.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer