Migrants au Mexique et aux É.-U.: une «crise humanitaire», dit MSF

Le rapport, basé sur des enquêtes et les... (PHOTO ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Le rapport, basé sur des enquêtes et les données des programmes médicaux de MSF entre 2015 et 2016, souligne que la grande majorité des migrants vit «un tableau de violence continuelle», qui commence dans leur pays d'origine et s'étend sur le Mexique.

PHOTO ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
MEXICO

Les mouvements migratoires en provenance du Salvador, du Guatemala et du Honduras vers le Mexique et les États-Unis doivent être considérés comme une «crise humanitaire», a alerté jeudi Médecins sans frontières (MSF) dans un rapport.

L'ONG demande aux gouvernements mexicain et nord-américain de mettre «rapidement» en application des mesures de protection légale, telles que des demandes d'asile, des visas humanitaires, ainsi que des mesures de protection pour ceux qui fuient la violence dans ces trois pays du triangle nord de l'Amérique centrale.

«Ce courant migratoire n'a pas uniquement des racines économiques, nous parlons d'une crise humanitaire plus ample», souligne l'étude.

Le rapport, basé sur des enquêtes et les données des programmes médicaux de MSF entre 2015 et 2016, souligne que la grande majorité des migrants vit «un tableau de violence continuelle», qui commence dans leur pays d'origine et s'étend sur le Mexique, où ils n'ont pas accès aux soins ni à la possibilité de bénéficier de mesures effectives de protection.

Selon MSF, les migrants et les réfugiés sont victimes sur le territoire mexicain d'organisations criminelles, parfois avec l'approbation tacite ou la complicité des autorités nationales.

«Ils sont soumis à de la violence et à toute autre espèce d'abus - séquestration, vol, extorsion, torture, viol - qui en plus des traumas immédiats peuvent laisser de graves séquelles», souligne l'ONG.

68,3% des personnes interrogées par MSF disent avoir été victimes de violences lors de leur trajet entre le Mexique et les États-Unis, et presque un tiers des femmes ont assuré avoir subi des abus sexuels.

MSF a souligné que les contrôles migratoires, les arrestations et les expulsions de la part du Mexique et des États-Unis «menacent de pousser plus de réfugiés et de migrants vers des réseaux de trafiquants d'êtres humains et des organisations criminelles». Et demande de révoquer «immédiatement» les renvois systématiques des citoyens originaires du triangle nord de l'Amérique centrale.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer