Cuba tend la main aux médecins «déserteurs»

La Dre Estella Torres traite un jeune garçon... (PHOTO THONY BELIZAIRE, ARCHIVES AFP)

Agrandir

La Dre Estella Torres traite un jeune garçon dans un hôpital de Cange, en Haïti, en août 2006.

PHOTO THONY BELIZAIRE, ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
LA HAVANE

Cuba a annoncé vendredi être prêt à accueillir les médecins en mission internationale qui ont « déserté » pour les États-Unis, mais qui n'ont pu y entrer depuis la fin surprise en janvier des avantages accordés aux Cubains dans ce pays.

L'ancien président américain Barack Obama a annoncé le 12 janvier la levée immédiate des facilités d'entrée accordées depuis 1966 aux migrants clandestins cubains, répondant à une exigence de longue date de La Havane.

Des milliers de Cubains, attirés par les promesses d'un eldorado américain, se sont depuis retrouvés bloqués, principalement en Équateur, en Colombie, en Amérique centrale et au Mexique.

Certains pays comme le Mexique ont déjà commencé à renvoyer un certain nombre d'entre eux, mais beaucoup se retrouvent sans rien, ayant pour la plupart vendu l'ensemble de leurs biens pour financer leur voyage.

Dans un communiqué, le ministère de la Santé a dit « sa disposition à permettre aux professionnels du secteur de la santé ayant abandonné leurs missions de collaboration de revenir à Cuba et de réintégrer le système national de santé ».

Leur retour s'effectuera dans le cadre des régulations migratoires permettant aux citoyens cubains de regagner leur pays sans perdre leurs droits et possessions après l'avoir quitté depuis moins de 24 mois, a précisé le ministère.

Avant que la législation ne soit assouplie en 2015, les médecins « déserteurs » étaient frappés d'une interdiction de retour - même pour les visites ponctuelles - qui pouvait varier de quelques années au bannissement à vie selon les cas, puis d'une interdiction d'exercer sur l'île.

Les quelque 50 000 agents de santé déployés dans une soixantaine de pays rapportent à Cuba quelque 10 milliards de dollars annuels, soit la première source de revenus de la grande île caribéenne.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer