Étudiants disparus au Mexique: l'ex-chef de la police d'Iguala arrêté

La disparition des 43 étudiants avait provoqué en 2014... (PHOTO HECTOR GUERRERO, ARCHIVES AFP)

Agrandir

La disparition des 43 étudiants avait provoqué en 2014 un tollé international et déclenché de nombreuses manifestations parfois violentes contre le gouvernement d'Enrique Pena Nieto.

PHOTO HECTOR GUERRERO, ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
MEXICO

L'ancien chef de la police de la ville mexicaine d'Iguala, dont les hommes seraient impliqués dans la disparition en 2014 de 43 étudiants, a été arrêté vendredi dans le cadre de cette affaire qui a traumatisé le pays.

Felipe Flores a été apréhendé à Iguala (sud) lors d'une opération conjointe de la police fédérale et de l'armée, a indiqué la commission nationale de sécurité sur son compte Twitter, sans fournir plus de détails.

Flores était le chef de la police municipale qui a attaqué des dizaines d'étudiants dans cette ville de l'État de Guerrero (sud), le 26 septembre 2014, après que ces jeunes eurent volé des autobus pour aller manifester à Mexico - une pratique courante chez ces jeunes professeurs en formation.

L'arrestation de Felipe Flores pourrait permettre d'éclairer les faits, deux ans après le drame.

Selon la version officielle, les policiers municipaux auraient livré les 43 étudiants au cartel de drogue des Guerreros Unidos qui les auraient tués avant de les incinérer dans une décharge et répartir leurs cendres dans une rivière.

Mais ces conclusions ont été récemment rejetées par les experts indépendants de la commission inter-américaine des droits de l'homme, qui estiment qu'un feu d'une telle ampleur n'a pu avoir lieu dans cette décharge.

La justice mexicaine a depuis accepté de mener de nouvelles recherches pour retrouver les 43 disparus.

Plus de 130 personnes ont été arrêtées par les autorités dans le cadre de l'enquête, dont l'ancien maire d'Iguala, sa femme, plusieurs policiers et des membres supposés des Guerreros Unidos.

La disparition des 43 étudiants avait provoqué en 2014 un tollé international et déclenché de nombreuses manifestations parfois violentes contre le gouvernement d'Enrique Pena Nieto.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer