Haïti: 27 candidats briguent la présidence

Des partisans du parti politique Fanmi Lavalas manifestent... (PHOTO Andres Martinez Casares, ARCHIVES AFP)

Agrandir

Des partisans du parti politique Fanmi Lavalas manifestent à Port-au-Prince, en soutien au président intérimaire Jocelerme Privert, le 21 juin.

PHOTO Andres Martinez Casares, ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
PORT-AU-PRINCE

Vingt-sept candidats sur 54 qui avaient participé au scrutin annulé d'octobre 2015 ont confirmé leur participation à l'élection présidentielle haïtienne, selon une liste présentée jeudi par le conseil électoral provisoire (CEP).

Les prétendants au poste de chef de l'État avaient deux semaines pour confirmer auprès du CEP leur volonté de rester dans la course et de participer au premier tour de la présidentielle prévu le 9 octobre.

Haïti est plongée dans une crise politique profonde depuis la publication des résultats du premier tour du scrutin présidentiel le 25 octobre.

Le candidat du pouvoir Jovenel Moïse avait recueilli 32,76 % des voix contre 25,29 % pour Jude Célestin, des chiffres largement contestés par l'opposition, qui avait condamné un « coup d'État électoral » au profit de l'ancien président Michel Martelly.

Face aux contestations de l'opposition de l'époque et après un rapport de la Commission d'évaluation électorale, concluant que le scrutin avait été émaillé de « fraudes massives », les autorités ont décidé d'annuler le vote et de reprendre à zéro l'élection présidentielle.

Pour choisir leur prochain chef d'État, les plus de 6 millions d'électeurs haïtiens sont donc à nouveau appelés aux urnes les 9 octobre et 8 janvier prochains.

La moitié des candidats qui était en lice lors de l'élection de 2015 a donc renouvelé sa participation.

Accompagné de ces partisans, Jovenel Moïse aura attendu le dernier jour pour remplir la procédure auprès des autorités électorales. Jude Célestin a quant à lui confirmé mardi sa participation, entouré de trois anciens concurrents ayant choisi de le soutenir.

Trois femmes figurent parmi les 27 prétendants à la présidence haïtienne.

Haïti entame donc un nouveau marathon électoral, car, outre la présidentielle, le pays va aussi organiser le deuxième tour des législatives partielles, toutes les élections locales, dont certaines initialement prévues en 2011, ainsi que les deux tours pour le renouvellement d'un tiers du sénat.

La communauté internationale, qui a financé en grande partie les élections avortées de 2015, a fait part de son inquiétude quant au coût supplémentaire qu'implique la reprise à zéro de la présidentielle.

Sur les 55 millions de dollars nécessaires, le président provisoire Jocelerme Privert a indiqué que 30 millions étaient déjà disponibles.

Quant aux 25 millions manquants, le chef de l'État par intérim a expliqué à l'AFP que « si par hasard nos partenaires, qui ont eux aussi leurs propres problèmes financiers, n'ont pas les moyens de le faire, nous devrons nous-mêmes nous débrouiller pour les trouver ».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer